Faire un don
Université pontificale du Chili © Vatican Media

Université pontificale du Chili © Vatican Media

Education : les nouveautés de la Constitution Veritatis gaudium

Présentation du document au Vatican

La nouvelle Constitution apostolique du pape François « La joie de la vérité » (Veritatis gaudium) promulguant de nouvelles normes pour les Institutions d’études ecclésiastiques, a été présentée au Vatican ce 29 janvier 2018. Les intervenants se sont notamment arrêtés sur les nouveautés de ce document, concernant entre autres la qualité des établissements, les réfugiés, l’enseignement en ligne…

Le cardinal Giuseppe Versaldi, préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique, a souligné que les défis actuels étaient « un stimulant » pour les Institutions éducatives à accomplir « de grands progrès » afin de ne succomber à la « pseudo-culture qui réduit l’homme à un déchet, la recherche aux intérêts et la science à de la technique ».

Les Universités et les Facultés ecclésiastiques « ne peuvent pas fuir les questions intrinsèques qui leur sont adressées », a-t-il affirmé. C’est pourquoi le Saint-Siège a adhéré à quatre conventions régionales de l’Unesco dans le domaine de l’éducation. Et Benoît XVI a érigé en 2007 « l’Agence du Saint-Siège pour l’évaluation et la promotion de la qualité des Universités et des Facultés Ecclésiastiques (AVEPRO) ».

La nouvelle Constitution, a-t-il poursuivi, signée le 8 décembre 2017, au 52e anniversaire de la conclusion du Concile Vatican II, donne les informations nécessaires pour s’adapter à ces exigences.

Mgr Angelo Vincenzo Zani, secrétaire du dicastère, a souligné les principales nouveautés de Veritatis gaudium. La première nouveauté concerne le renforcement du rôle de l’AVEPRO. La deuxième évoque la question des enseignements en ligne (Art. 31. § 2) : un document du dicastère sera prochainement rendu public afin que cela se fasse « dans un esprit de collaboration entre institutions et non pas de concurrence ».

Parmi les autres nouveautés, Mgr Zani a souligné l’article n. 32 « qui concerne la mission des Instituts d’études supérieures à l’égard du phénomène croissant des réfugiés ».

En outre, les Facultés ecclésiastiques érigées ou approuvées par le Saint-Siège dans les Universités non ecclésiastiques, sont tenues d’« observer les prescriptions de cette Constitution, en respectant les conventions bilatérales et multilatérales passées par le Saint-Siège avec les diverses nations ou avec ces mêmes Universités ».

Le « numéro 2 » de la Congrégation a donné également les statistiques mondiales des institutions ecclésiastiques qui sont 792, parmi lesquels 289 facultés et 503 autres instituts. Au total, 64.500 étudiants y accèdent et 12.000 professeurs y enseignent. En outre, 1.365 universités catholiques ont été créées « sur la base des législations locales ».

Le dicastère, a précisé Mgr Zani, publiera sous peu une lettre circulaire pour la mise en pratique des orientations de la nouvelle Constitution. Les institutions concernées auront deux ans (jusqu’au 8 décembre 2019) pour mettre à jour leurs statuts et leurs programmes. Durant ce laps de temps, la dicastère organisera des rencontres continentales : les 3 et 4 mai 2018 à Rome pour l’Europe, l’Amérique du nord et le Moyen-Orient ; en novembre 2018 à Bogotà (Colombie) pour l’Amérique latine et en mars 2019 à Nairobi (Kenya) pour l’Afrique. La date de la rencontre asiatique sera donnée ultérieurement.

Il s’agira notamment de repenser la distribution des spécialisations des études ecclésiastiques selon les exigences de la nouvelle évangélisation. A Rome, a aussi indiqué le secrétaire, les institutions ecclésiastiques doivent être réorganisées pour optimiser et mettre en relief leur valeur ajoutée.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel