Décès du cardinal polonais Macharski, qui succéda à Jean-Paul II à Cracovie

Hommage du pape François, qui lui a rendu visite cinq jours plus tôt

Cardinal Franciszek MACHARSKI

Cardinal Franciszek MACHARSKI

Le cardinal Franciszek Macharski, archevêque émérite de Cracovie, s’est éteint le 2 août 2016 à l’âge de 89 ans en Pologne. C’est lui qui succéda à Jean-Paul II au siège épiscopal de Cracovie. Lors de son récent voyage en Pologne, le pape François lui a rendu visite à l’hôpital où il vivait ses derniers jours.

Dans un message adressé au cardinal Stanisław Dziwisz, archevêque de Cracovie, le pape fait part de sa « douleur » pour la mort de ce « ministre méritoire de l’Evangile ».

Citant la devise épiscopale du défunt « Jésus, j’ai confiance en toi ! », le pape François souligne qu’elle est devenue « une invocation éloquente qui proclame l’accomplissement de l’œuvre que le Seigneur lui a confiée » dans son baptême et dans l’ordination sacerdotale, qui l’a invité à « sanctifier le Peuple par la Parole et par la grâce des sacrements ». Mission qu’il a accomplie « avec zèle, comme pasteur, professeur, recteur du séminaire, jusqu’au jour où le Seigneur lui a demandé de se charger de l’héritage de saint Stanislas et de son prédécesseur immédiat Karol Wojtyla ».

« Avec confiance dans la Miséricorde divine, poursuit le pape, il a conduit cette œuvre comme un père pour les prêtres et pour les fidèles ». Le cardinal Macharski « a guidé l’Eglise de Cracovie durant la période peu facile des transformations politiques et sociales, avec sagesse », et avec « le respect de toute personne, (…) pour garder vive la foi dans les cœurs des hommes ».

Ouvrier sous l’occupation allemande durant la deuxième guerre mondiale, Franciszek Macharski est entré au séminaire de Cracovie en 1945 et ordonné prêtre en 1950. Après des études à Fribourg, en Suisse, où il accomplit une thèse en théologie pastorale, il est nommé directeur spirituel du séminaire de Cracovie puis recteur en 1970.

En 1978, Jean-Paul II le nomma comme son successeur au siège de Cracovie et le consacra lui-même évêque dans la basilique Saint-Pierre. Créé cardinal en 1979, il a été au côté du pape polonais lors de ses voyages apostoliques au Canada, aux Etats-Unis, en France, en Allemagne et en Italie.

D’après sa biographie publiée par le Saint-Siège, le cardinal Macharski était un homme de culture particulièrement engagé pour la promotion des vocations sacerdotales et religieuses. Comme Jean-Paul II avant lui, il fut président de la Commission pour les laïcs de la Conférence épiscopale de Pologne.

Président délégué de la seconde assemblée spéciale pour l’Europe du synode des évêques en 1999, il renonça à sa charge d’archevêque de Cracovie en 2005.

Gravement malade, il était à l’hôpital depuis quelque temps. Dans son message, le pape argentin remercie la Providence de lui avoir permis de lui rendre visite le 28 juillet, durant son voyage apostolique en Pologne à l’occasion des Journées mondiales de la jeunesse de Cracovie. « Dans la dernière étape de sa vie, écrit le pape, il a été très éprouvé par la souffrance qu’il acceptait avec sérénité d’esprit. Dans cette épreuve aussi il est resté un fidèle témoin de la confiance dans la bonté et dans la miséricorde de Dieu ». « Il restera ainsi dans ma mémoire et dans ma prière », conclut le pape.

La veille de sa visite au mourant, en rencontrant les évêques de Pologne, le pape avait fait invité à avoir une attention pour le cardinal : « Je sais que vous êtes préoccupés pour ceci : notre cher cardinal Macharski qui est si malade. Au moins s’approcher, parce que je crois qu’on ne pourra pas entrer là où il se trouve, sans connaissance, mais au moins s’approcher de la clinique, de l’hôpital et toucher le mur, comme pour dire : ‘Mon frère, je suis proche de toi’. Visiter les malades est une autre œuvre de miséricorde. J’irai moi aussi. »

Après son départ, le collège cardinalice compte 211 membres, dont 112 électeurs de moins de 80 ans et 99 non électeurs.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!