Conflits: « la sagesse de demander de l’aide »

Conférence dans l’avion Cartagena-Rome (3)

Adieux aéroport Cartagena (Colombie) 10/09/2017 © L'Osservatore Romano

Adieux aéroport Cartagena (Colombie) 10/09/2017 © L'Osservatore Romano

En rentrant de Colombie après cinq jours de voyage apostolique, le pape François a plaidé pour « une manière sage » de résoudre les conflits : « la sagesse de demander de l’aide ».

Dans l’avion qui le ramenait de Cartagena à Rome, le 11 septembre 2017, le pape a en effet donné sa traditionnelle conférence de presse de retour de ses déplacements internationaux. Il a souligné que pour sortir des crises, le peuple devait être « le protagoniste ».

Voici notre traduction des paroles du pape transcrites par le quotidien de la Conférence épiscopale italienne Avvenire.

Vous avez parlé du premier pas, aujourd’hui vous avez dit que, pour arriver à la paix, il fallait intégrer différents acteurs. Pensez-vous que le modèle de la Colombie soit reproductible dans d’autres conflits ?

Ce n’est pas la première fois que l’on intègre d’autres personnes. D’autres personnes ont été intégrées dans de nombreux conflits, c’est une manière sage d’aller de l’avant, la sagesse de demander de l’aide, mais je crois qu’aujourd’hui j’ai voulu le souligner dans l’homélie, qui était un message. Ces recours techniques, politiques, aident et demandent parfois l’intervention de l’ONU pour sortir de la crise, mais un processus de paix n’avancera que si le peuple le prend en main. Si le peuple ne le prend pas, on arrivera à un compromis mais… Ou le protagoniste est le peuple ou bien on n’arrivera que jusqu’à un certain point.

 

Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!