Faire un don
Audience 27/6/2018 capture @ Vatican Media

Audience 27/6/2018 capture @ Vatican Media

Catéchèse sur les commandements: crier vers Dieu pour faire l’expérience de la libération

Dieu sauve, ensuite il demande la confiance

« La reconnaissance est un trait caractéristique du cœur visité par l’Esprit Saint. Pour obéir à Dieu, on a d’abord besoin de rappeler ses bienfaits », explique le pape François qui invite à « crier vers Dieu » si l’on n’a pas encore fait cette expérience de libération et des bienfaits de Dieu: Dieu sauve, ensuite il demande la confiance.

Dans sa catéchèse en français, lors de l’audience générale, place Saint-Pierre, ce mercredi 27 juin 2018, le pape François a rappelé que la vie chrétienne n’est pas avant tout faite de devoirs et d’obligations, de légalisme, mais est une expérience de la libération, comme le peuple d’Israël à la Mer Rouge. Seulement après, au Sinaï, Dieu donne ses commandements.

« Frères et sœurs, nous entrons aujourd’hui dans le texte du Décalogue qui commence par la proclamation que Dieu fait de lui-même et le rappel de sa bonté. Car le Dieu d’Israël sauve d’abord, et ensuite, il sollicite la confiance de son peuple. Ainsi, Dieu n’est pas un étranger: il est « ton » Dieu », a dit le pape en italien, avant d’être traduit en français pas un collaborateur de la curie romaine.

Le pape voit là le « secret » de la vie chrétienne »: « Cette affirmation éclaire le Décalogue et révèle le secret de vie chrétienne qui est avant tout la réponse reconnaissante à la bonté du Père, à l’image du Christ qui, aimé du Père, nous aime de cet amour. »

Comme dans « Gaudete et exsultate », le pape a souligné que le christianisme n’est pas un volontarisme, contrairement à ce u’affirmait le moine hérétique Pélage: « La formation chrétienne n’est donc pas basée sur la force de la volonté, ni sur le seul sens du devoir, mais sur l’expérience personnelle de la relation avec Dieu, l’accueil de son salut, et sur le fait de se laisser aimer. »

« D’abord la Mer Rouge, puis le Mont Sinaï, a expliqué le pape en termes bibliques. La reconnaissance est un trait caractéristique du cœur visité par l’Esprit Saint. Pour obéir à Dieu, on a d’abord besoin de rappeler ses bienfaits. »

Comme souvent, le pape insite sur cette mémoire des bienfaits de Dieu: « Nous sommes ainsi conduits à faire un exercice de mémoire et à reconnaître les belles choses que le Seigneur a faites pour nous! »

Mais le pape sait que tous les baptisés n’ont pas encore fait cette expérience: « Pourtant, certains peuvent avoir l’impression de ne pas encore avoir fait l’expérience de la libération de Dieu. »

Voilà, dans ce cas sa recommandation: « Alors, comme le peuple élu, il nous faut crier vers Dieu et demander à être libérés. Dieu attend ce cri, parce qu’il peut et qu’il veut briser nos chaînes. Pour sa bonté, que notre Dieu soit toujours béni! »

Le pape a ensuite invité les francophones à profiter des vacances pour faire cette expérience: « Je suis heureux de saluer les pèlerins venus de France et de divers pays francophones. Je forme le vœu que cette période estivale qui commence soit l’occasion pour chacun d’approfondir sa relation personnelle avec Dieu afin de le suivre plus librement sur la voie de ses commandements. Que Dieu vous bénisse! »

Parmi les francophones, le cardinal canadien Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, a salué le pape François à l’issue de l’audience

Avant de commencer sa catéchèse, le pape avait invité la foule à saluer les personnes handicapées ou malades qui suivaient l’audience sur grand écran depuis la Salle Paul VI du Vatican, climatisée, à l’abri de la chaleur et du vent, très fort.

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel