Faire un don
Audience générale du 10 avril 2019 © Vatican Media

Audience générale du 10 avril 2019 © Vatican Media

Catéchèse en français : « nous avons besoin de pardon »

« Le plus important de l’existence »

« De même que nous avons besoin de pain, nous avons besoin de pardon », a affirmé le pape François à l’audience générale de ce mercredi matin, 10 avril 2019, place Saint-Pierre.

Le pape a poursuivi ses catéchèse sur le Notre Père, en méditant sur la prière « Pardonne-nous nos offenses… ». « Toute prière suppose la conscience de cette vérité première que nous sommes des fils et que nous devons tout à notre Père, attitude contraire au sentiment d’orgueil de celui qui croit être meilleur que les autres, en règle avec Dieu », a-t-il souligné.

Il a spécialement mis en garde contre « l’attitude la plus dangereuse de toute vie chrétienne » : l’orgueil. « Aucun de nous n’est parfait, aucun », a insisté le pape, « il y a des péchés qui se voient et des péchés qui ne se voient pas… et l’orgueil peut contaminer même les personnes qui vivent une vie religieuse intense ».

Synthèse de la catéchèse en français

Frères et sœurs, de même que nous avons besoin de pain, nous avons besoin de pardon. Tel est le sens de cette parole du Notre Père que nous approfondissons aujourd’hui : « Pardonne-nous nos offenses… ».

Toute prière suppose la conscience de cette vérité première que nous sommes des fils et que nous devons tout à notre Père, attitude contraire au sentiment d’orgueil de celui qui croit être meilleur que les autres, en règle avec Dieu. Nous sommes tous pécheurs devant Dieu, et nous sommes redevables envers lui. D’abord parce que nous avons beaucoup reçu de lui en cette vie, même si elle est parfois difficile. Ensuite, parce que nous ne sommes pas capables d’aimer par nos seules forces.

Si nous aimons, c’est parce que quelqu’un, à côté de nous, nous a éveillés à l’amour, nous faisant comprendre que cela est le plus important de l’existence. Nous aimons parce que nous avons été aimés, nous pardonnons, parce que nous avons été pardonnés. Comment ne pas reconnaître, dans la chaîne d’amour qui nous a précédés, la présence providentielle de l’amour de Dieu ?

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel