Audience générale: le pape rencontre des jeunes joueurs de basket handicapés

Il salue l’équipe de la pastorale des jeunes de Rennes

Audience du 29 mars 2017 © L'Osservatore Romano

Audience du 29 mars 2017 © L'Osservatore Romano

Le pape François a accueilli ce mercredi matin 29 mars 2017, à l’audience, des personnes avec des handicaps : notamment de très jeunes joueurs de basket en fauteuils roulants venus de Gaeta, en Italie, indique L’Osservatore Romano en italien.

Le pape a également salué l’équipe de la pastorale des jeunes du diocèse de Rennes (France) : huit Français qui préparent une grande rencontre  avec plus de trois mille jeunes en mai. Le pape a adressé ses salutations dans une brève vidéo, enregistrée sur le vif place Saint-Pierre, pour le préparation de la rencontre. Le rendez-vous, explique le père Louis-Emmanuel de La Foye, jeune prêtre de 31 ans et délégué épiscopal pour la pastorale des jeunes, a pour objectif d’aider à comprendre la mission de l’Église aujourd’hui.

Franchissant les barrières du parvis, le pape a béni une personne malvoyante. Il a aussi embrassé Francisco Santiago, venu à Rome à bicyclette de Barcelone (Espagne) avec deux amis, pour faire connaître le drame du syndrome de Rett, une grave maladie neurologique, qui a frappé sa fille Martine.

« Des projets pour les familles pauvres avec des enfants handicapés en Amérique latine, spécialement au Pérou », ont été également présentés au pape, par l’association Provida Italia, en collaboration avec la fédération autonome des syndicats des transports.

Deux autres initiatives de charité ont été présentées au pape : l’une promue par Walt Disney et l’autre pour l’accueil des immigrés en Pologne, « avec une attention spéciale pour les femmes et les enfants », comme l’a expliqué Krzyztof Pareba, le responsable de la fondation Volto Santo « qui voit s’engager des prêtres, des laïcs, des juristes, des médecins et des étudiants ».

Enfin, rapporte le quotidien du Vatican, le pape François a béni la statue de saint Antoine, symbole de la paroisse de Cassino, en Italie, restée intacte sous le bombardement du 15 mars 1944. « La zone entière a été rasée au sol », rappelle le curé, le p. Benedetto Minchella, de sorte que l’église a été aussitôt considérée presque « comme une relique qui, pendant plus de vingt ans, a été l’unique lieu de célébration de Cassino qui se relevait des décombres. »

Avec une traduction de Constance Roques 

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!