Académies pontificales : des prix décernés à des jeunes chercheurs

Des Français parmi les lauréats

Session des Académies pontificales © Twitter Photo Mgr Melchor Sánchez de Toca y Alameda

Session des Académies pontificales © Twitter Photo Mgr Melchor Sánchez de Toca y Alameda

Deux jeunes chercheurs – le Français, Pierre Chambert-Protat, et l’Italien, Francesco Lubian – ont été récompensés du Prix des Académies pontificales pour leurs travaux sur des textes chrétiens du Moyen Âge, au cours de la XXIIe session publique des Académies, le 5 décembre 2017.

C’est le secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, qui a remis le Prix et a lu le message du pape François adressé aux participants de la session. Le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture et du Conseil de coordination des Académies pontificales, a ouvert la séance.

D’après l’édition italienne de L’Osservatore Romano datée du 7 décembre, l’étude de Pierre Chambert-Protat est consacrée à Florus de Lyon (environ 800-860), le plus haut représentant de la Renaissance carolingienne, et à sa réinterprétation des Pères de l’Église, en particulier de saint Augustin, son auteur favori. Diacre, théologien et professeur à l’école de la cathédrale de Lyon, Florus de Lyon était aussi le restaurateur de très anciens manuscrits bibliques, dont le Claramontanus et le Beza, aujourd’hui à Cambridge.

Le deuxième lauréat, Francesco Lubian, a publié l’édition critique des Distiques attribués à Saint Ambroise, pour le Corpus Christianorum.

La médaille pontificale de l’Académie a également été attribuée à un groupe de professeurs de latin de l’Université Toulouse II, pour la publication d’un manuel d’enseignement Litterae thesaurum, et au Belge Shari Boots, de l’Université catholique de Louvain, pour son édition critique des Sermons de saint Augustin.

Déjà en 1991, une vingtaine de nouveaux sermons de saint Augustin ont été identifiés dans un code de Mayence recopié vers la fin du XVe siècle. En 2008, à l’Université d’Erfurt, ont été présentés six autres sermons non publiés de Saint-Augustin, conservés dans un manuscrit du XIIe siècle. Cette découverte est importante pour reconstruire la figure d’Augustin prédicateur et communicateur, note le quotidien du Vatican.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!