Cardinal Parolin, capture CTV

Cardinal Parolin, capture CTV

Myanmar et Bangladesh : l'invitation du pape aux chrétiens

Le cardinal Parolin évoque le prochain voyage

Share this Entry

Durant son voyage apostolique au Myanmar et au Bangladesh (27 novembre-2 décembre 2017), le pape François encouragera les chrétiens « à être une présence de paix, de réconciliation et de solidarité au sein de leur société ». C’est ce que souligne le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin, interrogé par les médias du Vatican trois jours avant le départ.
Dans ces deux pays à majorité bouddhiste au Myanmar et musulmane au Bangladesh, la « première attention » du pape ira aux communautés chrétiennes, affirme le « numéro 2 » du Vatican. Le pape s’y rend « pour exprimer proximité… soutien » et pour les encourager « à être une présence de paix, de réconciliation et de solidarité au sein de leur société », à « ne pas être considérées comme étrangères aux réalités de leur pays, mais intégrées et capables de donner une contribution à la croissance civile et pacifique ».
Le cardinal évoque la crise actuelle impliquant la Corée du Nord, qui « inquiète et préoccupe le monde entier ». « Le pape, souligne-t-il, est toujours disposé à offrir toute son aide et celle du Saint-Siège pour tenter d’affronter et de résoudre ces problèmes à travers le dialogue, la négociation et la rencontre. »
« Rien n’est perdu avec la paix et tout peut l’être avec la guerre, surtout s’il s’agit, comme dans cette perspective, d’une guerre atomique », insiste-t-il.
Le secrétaire d’Etat, interpelé sur la question des réfugiés dans ces pays, rappelle que le pape a souvent plaidé leur cause, demandant entre autres à la communauté internationale d’« offrir toute l’assistance humanitaire possible face à ce drame ». Le pape appellera « une solution durable », surtout concernant « l’Etat de Rakhine au Myanmar », ajoute-t-il. La solution « doit être recherchée de la part de tous les acteurs… en tenant compte de l’importance pour la population, d’avoir une nationalité » : « seule cette solution durable peut offrir stabilité, paix et développement à cette zone et à toutes les zones de conflit ».
« Au Bangladesh, où il y a une relation entre la pauvreté, le changement climatique et la dégradation environnementale », il faut « l’aide de la communauté internationale… pour soutenir les efforts ». Le cardinal Parolin salue cependant « les pas importants » qui ont été réalisés dans la protection de l’environnement.
Evoquant enfin les rencontres avec les leaders religieux birmans et bangladais, il estime que le pape « proposera ce qu’il a toujours proposé » : « le dialogue interreligieux … et la collaboration pour le bien commun de la société ». Le pape soutiendra aussi « l’idée que les religions peuvent donner une contribution importante à la paix, au développement, à la réconciliation, à la coexistence pacifique entre les peuples ».

Share this Entry

Anne Kurian-Montabone

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne et auteur de cinq romans (éd. Quasar et Salvator). Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel