Logos du voyage en Géorgie et Azerbaïdjan

Logos du voyage en Géorgie et Azerbaïdjan

Géorgie et Azerbaïdjan: un voyage de paix, affirme Greg Burke

Le pape dans le Caucase sous le signe du dialogue oecuménique et interreligieux

Share this Entry

Le deuxième voyage apostolique du pape François dans le Caucase, en Géorgie et en Azerbaïdjan, du 30 septembre au 2 octobre 2016, sera un voyage de paix, sous le signe de l’appel à la réconciliation, du dialogue interreligieux et de l’œcuménisme. C’est ce qu’a assuré le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège Greg Burke quatre jours avant le départ.
Après s’être rendu en Arménie en juin, le pape François sera le deuxième pape à fouler la terre de ces deux pays durant trois jours, sur les traces de Jean-Paul II : le pape polonais avait visité la Géorgie en 1999 et l’Azerbaïdjan en 2002.
Il s’agit d’un « voyage de paix », a déclaré Greg Burke lors d’un briefing au Vatican le 26 septembre : « Le pape apporte un message de paix et de réconciliation pour toute la région ». Le Vatican a d’ores-et-déjà publié le missel des célébrations de cet événement : http://www.vatican.va/news_services/liturgy/libretti/2016/20160930-messale-georgia-azerbaigian.pdf
Ce 16e voyage du pape argentin aura une forte dimension oecuménique et interreligieuse. En Géorgie, première étape du voyage, les catholiques représentent moins de 1% de la population à majorité orthodoxe (87%) et comptant 10% de musulmans. En Azerbaïdjan, pays à 97% musulman, les catholiques sont également très minoritaires. La capitale, Bakou, compte une seule paroisse catholique.
Au premier jour du voyage, le 30 septembre, le pape François est attendu à 15h (13h à Rome) à l’aéroport international de Tbilissi, capitale de la Géorgie, où il sera accueilli par une cérémonie de bienvenue. Le patriarche Elie II, chef de l’Eglise orthodoxe géorgienne, sera présent à l’aéroport. Un « geste significatif », selon le directeur du Bureau de presse.
Dans la foulée, le pape rendra visite au président de la République, Guiorgui Margvelachvili, au palais présidentiel, puis il rencontrera les autorités du pays. Ensuite, il a rendez-vous à 18h avec le patriarche de toute la Géorgie Elie II. En fin de journée, le pape argentin rencontrera aussi la communauté assyro-chaldéenne dans l’église catholique de Saint Simon Bar Sabba. Selon Radio Vatican, le pape y priera pour les Syriens et les Irakiens.
Le lendemain, 1er octobre, le pape François doit célébrer une messe au stade Mikhaïl Meskhi, d’une capacité de près de 30 000 places. Pour la première fois, une délégation de l’Eglise orthodoxe géorgienne participera à la célébration, comme « signe des relations entre les deux Eglises », a souligné Greg Burke. C’est aussi le seul moment du voyage où le pape fera un tour en papamobile ouverte.
Le pape retrouvera ensuite à 15h45 les prêtres, religieux et religieuses du pays, dans l’église de l’Assomption. Quelque 250 personnes sont attendues pour cette rencontre où le pape parlera d’abondance de cœur. A 17 (15h à Rome), aura lieu une rencontre avec quelque 700 personnes personnes assistées par les œuvres de charité de l’église, ainsi que les volontaires, devant le centre d’assistance des frères camilliens.
Enfin, un autre signe œcuménique est prévu : le pape François visitera la cathédrale patriarcale Svetitskhoveli de Mtskheta, centre spirituel de l’Eglise en Géorgie, à 18h. A cette occasion, le pape et le patriarche échangeront des salutations.
Au dernier jour de ce voyage, le 2 octobre, le pape François rejoindra Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan. Il célébrera la messe à 10h30 (8h30 à Rome) dans la petite église de l’Immaculée au Centre salésien.
Accueilli à 15h30 par une cérémonie de bienvenue au palais présidentiel de Ganjlik, le pape sera reçu par le président de la République Ilham Aliyev. Après une visite à 16h30 au Monument aux Morts pour l’Indépendance, il rencontrera les autorités du pays au Centre Heydar Aliyev.
Des événements interreligieux et œcuméniques suivront : d’abord à 17h45 avec le cheikh des musulmans du Caucase Allahshukur Pashazade dans la mosquée de la capitale. Puis à 18h aura lieu une rencontre à laquelle devrait participer l’évêque orthodoxe de Bakou Alexandre et le président de la communauté juive. Un millier de personnes des diverses communautés religieuses du pays sont attendues.

Share this Entry

Anne Kurian

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel