Visite du card. Parolin au patriarche Elie II, copyright @GeoVatican

Visite du card. Parolin au patriarche Elie II, copyright @GeoVatican

Géorgie: le card. Parolin rend visite au patriarche Elie II

Des relations anciennes et continues avec le patriarcat de Géorgie

Share this Entry

A l’occasion d’une visite de trois jours en Géorgie, le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin a rendu visite au patriarche Elie II, rapporte l’ambassade de Géorgie près le Saint-Siège, qui précise sur son fil Twitter que les conversations ont porté sur « les difficultés et les défis de la Géorgie et de la foi chrétienne ».
Rencontre avec le catholicos-patriarche
Selon le patriarche Elie II que l’ambassade cite, ce 30 décembre 2019, en anglais, les relations entre le Vatican et la Géorgie ont commencé « il y a de nombreux siècles » et la visite du cardinal Parolin « est une continuation de cette coopération historique ». Le cardinal a présenté au patriarche les salutations du pape François
L’Eglise orthodoxe de Géorgie a en effet fêté, à Noël, le 42e anniversaire de l’intronisation du catholicos-patriarche Elie II de Toute la Géorgie.
Dans une lettre de félicitations, le pape François invité à Rome, en juin prochain à l’occasion du 40e anniversaire de sa visite au pape saint Jean-Paul II, le patriarche Elie qu’il avait rencontré lors de son voyage en Géorgie le 1er octobre 2016.

Pour sa part, le blog proche du Vatican Il Sismografo, précise que le cardinal Parolin « s’est entretenu avec affection et respect avec le chef religieux âgé »: « C’est la première fois que le cardinal Parolin rencontrait le patriarche de Géorgie. A l’occasion du voyage du Pape François en 2016, une forte grippe avait en effet empêché le cardinal d’accompagner le Saint-Père. Parmi les premières choses que le cardinal Parolin a dites au patriarche, on rapporte ceci brièvement: « Vous savez, Sainteté, quand j’ai dit au Saint-Père que j’allais en Géorgie, il a souri et a dit: » Veuillez apporter mes vœux chaleureux au patriarche ». »

Le secrétaire d’État, continue la même source, en italien, « a déclaré qu’il était très honoré de transmettre les salutations du pontife, qui se souvient avec une grande affection et une grande gratitude de l’accueil reçu lors de sa visite il y a trois ans ».
Le secrétaire d’État a voulu souligner la tradition chrétienne de la Géorgie, reconnue parmi les premières de la vaste région euro-asiatique, indique Il Sismografo: « Ce sont des racines à fortifier précisément à un moment où les défis du monde sont de plus en plus pressants et où la sécularisation essaie de transmettre l’idée que Dieu peut être ignoré ».
Le blog ajoute: « Pour sa part, le patriarche-catholicos de toute la Géorgie Elie II a beaucoup insisté sur l’importance de la visite du cardinal Pietro Parolin. Pour le chef spirituel des chrétiens orthodoxes géorgiens, la présence du cardinal secrétaire d’État renforce et consolide l’amitié et la collaboration qui existent depuis des siècles entre les deux Églises. »
La question de l’occupation
Lors de la réception officielle au siège du gouvernement de la capitale Tbilissi, le cardinal Parolin a voulu exprimer sa satisfaction pour la visite en disant, continue le blog: « Même quelques heures à Tbilissi suffisent à vous faire sentir accueilli chaleureusement et pour être fasciné par les valeurs et traditions culturelles et religieuses de cette chère nation. »
Le cardinal a également rappelé, précisent Il Sismografo et l’ambassade, que le Siège apostolique a été « parmi les premiers membres de la communauté internationale » à reconnaître l’indépendance de la Géorgie, et à ouvrir une mission diplomatique à Tbilissi. Et à partir de ce moment-là, le Vatican a soutenu pleinement « la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie ».
Faisant allusion à l’occupation d’une partie du territoire géorgien par la Russie, le cardinal a émis des voeux de paix: « Aujourd’hui, la Géorgie, qui se souvient de son passé et observe attentivement les signes des temps, espère et souhaite un avenir de paix. Paix et justice pour elle-même et pour la région dans son ensemble (…). J’espère que chacun pourra trouver une issue par le dialogue et le consensus, en maintenant toujours un désir inébranlable: le respect de la dignité de tout être humain. »
L’ambassade de Géorgie près le Saint-Siège indique que le cardinal Parolin s’est incliné devant la mémoire de ceux qui sont morts « pour l »unité de la Géorgie » et qu’il a déposé une couronne de fleurs au Mémorial des Héros de Tbilissi.

Le cardinal a aussi rencontré Vazha Gaprindashvili et sa famille: un prisonnier  libéré le 28 décembre dernier après avoir été détenu « par le régime d’occupation » de Tskhinvali, précise l’ambassade.
Le Secrétaire d’Etat du Vatican avait auparavant rencontré le ministre des Affaires étrangères de Géorgie, M. Davit Zalkaliani.
Accompagné par le ministre d’Etat pour la Réconciliation et l’Egalité civile, Mme Keti Tsikhelashvili, il s’est aussi rendu au village de Gugutiantkari et là où les forces d’occupation russes ont récemment érigé des barrières divisant ainsi le village par des barbelés, et à Tserovani.
Une « manifestation de soutien solide et fort », a twitté la ministre géorgienne qui souhaite une négociation à propos du check point de Akhalgori (Ossétie du sud): « Gratitude pour ce soutien! »
Enfin, le cardinal Parolin avait rencontré le Premier ministre Giorgi Gakharia: une rencontre que l’ambassade qualifie de « fructueuse ».
 
 

??

&

??

. PM thanked

??

for the firm support of the country’s territorial integrity and sovereignty.

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel