Irlande : « Regret et honte » pour les prêtres pédophiles

Print Friendly, PDF & Email

Mgr Martin : « Aucun mot d’excuse ne sera jamais suffisant »

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Lundi 30 novembre 2009 (ZENIT.org) – L’archevêque de Dublin a demandé pardon pour la dissimulation des cas de pédophilie survenus dans les années passées au sein de l’Eglise en Irlande, explique un rapport gouvernemental.

« Aucun mot d’excuse ne sera jamais suffisant » pour se faire pardonner des abus sexuels commis sur des enfants et des adolescents par des prêtres de l’archidiocèse de Dublin, a déclaré vendredi Mgr Diarmuid Martin lors d’une conférence de presse. 

Mgr Martin commentaient les conclusions du Rapport Murphy, une enquête sur la dissimulation par l’archidiocèse de plus de 300 cas d’abus commis par plus de 40 prêtres pendant près de 30 ans. 

Le rapport, rendu public par le Département pour la justice du gouvernement irlandais, révèle que l’archidiocèse de Dublin et d’autres autorités de l’Eglise ont couvert les abus pendant des décennies, avec la connivence des autorités civiles. 

Concrètement, accuse le rapport, les archevêques et les évêques auxiliaires de l’archidiocèse de Dublin, dans les années 60, 70 et 80 ont archivé les plaintes d’abus de manière à ce qu’elles n’arrivent pas au tribunal. 

D’un autre côté, il est dit que les autorités de police remettaient les plaintes au diocèse au lieu d’enquêter sur elles. 

Mgr Martin a affirmé que même si ce rapport « donne une idée de la gravité des crimes qui ont eu lieu », il ne peut montrer « la souffrance et le traumatisme subis par des enfants, ni la souffrance de leurs proches ». 

« Je n’ai pas de mots pour dire comment je me sens », a confessé Mgr Martin. 

Dans ce rapport, les autorités ecclésiastiques sont accusées de « ne pas avoir appliqué la plupart des règles du droit canonique » sur le traitement des cas d’abus : « A la moitié du XXème siècle, le droit canonique paraissait tombé en désuétude ». 

Mgr Martin a déclaré qu’il est « décourageant » de voir que, pendant que les chefs de l’Eglise ne reconnaissaient pas la gravité des abus, « presque tous les parents qui se rendaient au diocèse pour informer de ce qui se passait comprenaient clairement l’horreur de ce que cela impliquait ». 

« Leur objectif principal était presque toujours de s’assurer que ce qui était arrivé à leurs enfants, ou à eux-mêmes, n’arrive pas à d’autres enfants ». 

Le président de la conférence épiscopale et primat de l’Eglise d’Irlande, le cardinal Séan Brady, archevêque d’Armagh, a déclaré lui aussi ressentir de « la honte et une forte peine » devant les  résultats de l’enquête. 

Share this Entry

Rédaction

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel