Les mouvements et communautés nouvelles : une espérance pour le monde

Print Friendly, PDF & Email

Entretien avec Jean-Luc Moens, de la Communauté de l’Emmanuel

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Mardi 9 mai 2006 (ZENIT.org) – Les mouvements et les communautés nouvelles ont rendez-vous avec Benoît XVI à Rome, les 3 et 4 juin, pour la Pentecôte. Dans cet entretien, le responsable du pèlerinage de Pentecôte pour la Communauté de l’Emmanuel explique pourquoi selon lui le pape a voulu, sur les pas de Jean-Paul II, rassembler à nouveau les mouvements et les communautés nouvelles.

Zenit – Le pape Benoît XVI a décidé de rassembler autour de lui, à Rome pour la prochaine Pentecôte, tous les mouvements ecclésiaux et nouvelles communautés. Pourquoi une telle initiative, à votre avis ?

J. L. Moens – Benoît XVI a pris cette décision peu de temps après son élection, lors de sa première rencontre avec Mgr Stanislas Rylko, président du Conseil pontifical pour les Laïcs, le dicastère romain qui a reçu la charge de suivre et d’encourager les mouvements dans l’Eglise. Cette décision montre l’importance que notre pape accorde aux mouvements ecclésiaux et aux nouvelles communautés qu’il considère comme un signe providentiel de l’Esprit Saint.

Cet encouragement du pape Benoît XVI n’est pas nouveau. Alors qu’il était encore le cardinal Ratzinger, il a manifesté combien il voyait dans ces nouvelles communautés une espérance pour l’Eglise. Je pense en particulier à deux livres qu’il a publiés : Rapport sur la foi (1984) et Le sel de la terre (1997). Au cours du congrès qui avait précédé la grande rencontre de Jean-Paul II et des mouvements place St Pierre en 1998, il avait fait une conférence très remarquée intitulée « Les Mouvements d’Eglise et leur lieu théologique ». Dans cette conférence, il avait affirmé, parlant des mouvements et communautés dont le rayonnement dépasse la dimension locale : « Dans l’Eglise, doivent toujours être présents également des services et des missions qui ne soient pas de nature seulement locale, mais qui soient au service de l’ensemble de l’Eglise et de la propagation de l’Evangile. Le pape a besoin de ces services et ceux-ci ont besoin de lui, les deux sortes de missions contribuant ensemble à la symphonie de la vie ecclésiale ». Il y a une proximité spéciale entre les mouvements et le pape…

Zenit – Ce rassemblement fait penser à celui de la Pentecôte 1998 organisé par Jean-Paul II…

J. L. Moens – Cette rencontre de Pentecôte 2006 se situe effectivement dans la droite ligne de l’héritage de Jean-Paul II. En effet, en 1998, année qu’il avait dédiée au Saint Esprit en préparation au Grand Jubilé de l’an 2000, le regretté pape Wojtyla avait organisé le premier rassemblement de mouvements et communautés ecclésiaux de l’histoire de l’Eglise catholique. Au cours de cette rencontre, il les avait encouragés fortement à s’ouvrir à l’Esprit Saint, à exercer les charismes en communion avec leurs pasteurs et à s’engager toujours plus dans l’évangélisation. « Dans notre monde, avait expliqué Jean-Paul II, souvent dominé par une culture sécularisée qui crée et promeut des modèles de vie sans Dieu, la foi de tant de personnes est mise à dure épreuve […], nous avons besoin […] de personnes chrétiennes mûres, conscientes de leur identité baptismale, de leur vocation et mission dans l’Eglise et dans le monde! Nous avons besoin de communautés chrétiennes vivantes! Et voici alors les mouvements ecclésiaux et les communautés nouvelles : ceux-ci sont la réponse suscitée par l’Esprit Saint, à ce défi dramatique de fin de millénaire. Vous êtes cette réponse providentielle ».

Zenit – Pourquoi, à votre avis, les papes manifestent-ils un tel intérêt pour les mouvements ecclésiaux et les nouvelles communautés ?

J. L. Moens – Je crois que la réponse se situe justement dans le fait que ce sont des communautés vivantes et missionnaires. C’est pourquoi Jean-Paul II ose y voir une réponse providentielle de l’Esprit Saint pour le monde d’aujourd’hui ! Les mouvements ecclésiaux et les nouvelles communautés touchent des dizaines de millions de personnes dans le monde. Certains d’entre eux sont nés avant le Concile Vatican II comme le mouvement marial de Schönstatt (Allemagne) ou les Focolari (Italie). D’autres sont nés dans l’effervescence qui a suivi le Concile : la Communauté Sant’Egidio (Italie), le Renouveau Charismatique, le Chemin Néocatéchuménal (Espagne). En France, de nombreuses communautés appartiennent à cette mouvance : Communauté de l’Emmanuel, Communauté du Chemin Neuf, Communauté des Béatitudes, etc. Chacun de ces mouvements et communautés ont des charismes différents, mais tous ont ce souci de la nouvelle évangélisation. Ils sont aujourd’hui une force missionnaire importante au sein de l’Eglise catholique. Ceci explique le thème choisi pour cette rencontre exceptionnelle : « La beauté d’être chrétien et la joie de le communiquer ».

Zenit – A qui s’adresse donc l’invitation de Benoît XVI pour la Pentecôte 2006 ?

J. L. Moens – A tous ! Ce sera le grand événement romain de l’année.
L’invitation du pape ne s’adresse pas seulement aux membres des mouvements ecclésiaux. Il invite à Rome toutes les personnes amies de ces mouvements, tous ceux qui ont été touchés d’une manière ou d’une autre par ces nouvelles réalités ecclésiales, et plus généralement, tous ceux qui veulent vivre autour du Saint Père une Nouvelle Pentecôte pour la mission de l’Eglise.
Pour permettre à ces personnes de répondre à cette invitation, la Communauté de l’Emmanuel organise des bus depuis toute la France et différentes régions d’Europe et un train spécial depuis Paris. Pour plus d’informations : www.pentecote2006.com
Tel : +33 1 47 45 96 30

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel