"Hommes et religions" : Rencontre à Milan

Print Friendly, PDF & Email

Organisée par la communauté de Sant’Egidio

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mercredi 8 septembre 2004 (ZENIT.org) – Les migrations, l’unité des chrétiens, mais aussi la paix dans le monde et la civilisation de la coexistence : ce sont là quelques un des aspect de la XVIIIe rencontre de Milan « Hommes et religions » relevés par Radio Vatican.

La tragédie de l’école de Beslan était également dans tous les esprits.

L’évêque Theofan Ashurkov, évêque orthodoxe de l’Ossétie du Nord, témoin oculaire de la tragédie et présent pour secourir les jeunes victimes a essayé en vain de traiter avec les terroristes. A Milan, son témoignage a fait le récit de l’événement étape par étape avant de lancer un appel poignant, affirmant que ce n’est pas en tuant des enfants que l’ion lutte pour la liberté : la violence peut frapper n’importe qui, l’humanité n’a pas d’autre choix, disait-il, que de s’unir contre le mal du terrorisme, pour ne pas le laisser passer, une lutte qui passe elle, avant des différences politiques.

« S’approcher de personnes différentes de nous par la culture, la civilisation, la religion, pour surmonter les discordes, dialoguer avec elles pour vaincre les préjugés » : Radio Vatican souligne ainsi l’intervention de Mgr Shlemon Warduni, évêque catholique irakien comme typique de l’esprit qui anime les forums de cette rencontre promue par Sant’Egidio.

D’autres forums ont été organisés sur des thèmes comme la lutte contre la pauvreté, le sida en Afrique, la bioéthique, le nouvel humanisme.

Un fil conducteur unique a uni idéalement les tables rondes : le rôle important, voire déterminant, des chrétiens pour combattre et abolir la violence et la guerre.

Pour l’éditeur libanais Ghassan Tueni, les chrétiens d’Orient sont invités à devenir une passerelle entre l’occident chrétien et le monde de l’islam.

Pour Mme Mairead Maguire, britannique, prix Nobel de la paix, le vrai défi des chrétiens est de reconnaître leurs erreurs passées et refuser à l’avenir la violence et la théorie de la guerre juste. Elle évoque la guerre qui a ensanglanté l’Irlande du Nord.

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel