République centrafricaine: Retrouver la dimension subversive de l’Evangile

Print Friendly, PDF & Email

Par Mgr Paulin Pomodimo, évêque de Bossangoa

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Dimanche 14 octobre 2001 (ZENIT.org) – « La misère qui étreint le peuple africain aujourd’hui nous oblige à retrouver la dimension subversive et transformatrice de l’Evangile », affirme Mgr Paulin Pomodimo, évêque de Bossangoa, et président de la conférence des évêques (République centrafricaine). Il a été le dernier évêque francophone à s´exprimer à l´assemblée, le 12 octobre. Il souligne le rôle de l’Evêque comme « Père et défenseur des pauvres » et comme « sentinelle de la vie ». Il demandait en particulier « un accès équitable aux médicaments ».

D´emblée, Mgr Pomodimo affirmait: « L’Eglise particulière en Centrafrique se situe et évolue dans un pays pauvre, confronté à tant de problèmes: le SIDA, le non respect des droits de l’homme, la pauvreté économique, l’analphabétisme, le taux élevé de mortalité, le tribalisme, les arriérés de salaires et les grèves fréquentes ».

Il annonçait un discours en trois points: « L’Evêque comme Serviteur de l’Evangile de Jésus-Christ pour l’espérance du monde », « l’Evêque comme Père et défenseur des pauvres » et « la dimension subversive et transformatrice de l’Evangile ».

« Le premier point concerne le titre même du document, qui parle de l’Evêque comme Serviteur de l’Evangile de Jésus-Christ pour l’espérance du monde, explique l´évêque. Par rapport à la situation qui est la nôtre, la première mission de l’Evêque est d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Cela signifie prendre compte des situations concrètes des personnes et leur annoncer que Dieu les aime ».

A propos de l’Evêque comme Père et défenseur des pauvres, Mgr Pomodimo souligne que « les gens les plus vulnérables de la société doivent sentir l’efficacité de la Bonne Nouvelle ». Il évoquait le travail de la conférence des évêques centrafricains: « C’est ainsi que notre Conférence Episcopale a ciblé deux priorités: la santé et l’éducation. Cette action permet de chanter l’espérance chrétienne et de clamer la victoire pascale sur le mal. Solidaires avec les pauvres, les petits, nous devons hurler d’indignation face aux mauvaises politiques commerciales pharmaceutiques. Joignons nos voix à celle des ONG, qui plaident pour un accès équitables aux médicaments ».

Enfin, disait Mgr Pomodimo, « face aux droits des petits, qui sont totalement ignorés chez nous, nous formons et informons ». Il évoquait les media catholiques: « Nos stations radio catholiques soutiennent cette action. L’Evangile est une force qui ne laisse aucune place à la fatalité – Dieu nous veut debout et libérés de toutes contraintes. La misère qui étreint le peuple africain aujourd’hui nous oblige à retrouver la dimension subversive et transformatrice de l’Evangile ».

Et de conclure: « La culture africaine se résume en une inlassable recherche de la vie. Cette vie à laquelle nous aspirons de toutes les fibres de notre être, le Christ nous l’apporte en abondance. Soyons, donc, les sentinelles de la vie ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel