La force évangélisatrice des travailleurs chrétiens immigrés

Print Friendly, PDF & Email

Dernières interventions en séance générale

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Vendredi 12 octobre 2001 (ZENIT.org) – La force évangélisatrice des travailleurs chrétiens immigrés a été soulignée par Mgr Ramon C. Argüelles, évêque aux armées des Philippines.

Après moins de deux semaines de travaux du synode (ouvert le 30 septembre), les dernières interventions en séance générale se sont achevées jeudi 11 octobre au soir. La première synthèse a été présentée ce matin en présence du pape Jean-Paul II par le cardinal archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio.

Les travaux de groupes commencent en vue de la rédaction de «propositions» à remettre à Jean-Paul II et du «message» du synode. Nous publions ci-dessous des synthèses de dix interventions prononcées en français cette semaine.

Des Philippines, Mgr Argüelles attirait l´attention du synode sur la mobilité humaine et demandait que le phénomène ne soit pas marginalisé. De nombreux Philippins émigrent en effet. L´évêque soulignait la force évangélisatrice de ces travailleurs partis dans d´autres pays. C´est pourquoi il demandait qu´ils soient accueillis, accompagnés, soutenus dans leur foi. Il citait l´exemple de l´Eglise des premiers temps, alors que l´empire romain était traversé de flux de marchands, de soldats, de jeunes, de personnes âgées, de mères de familles qui, en se déplaçant, ont fait connaître l´Evangile: une leçon pour aujourd´hui.

Mgr Joseph Cheng Tsai-Fa, évêque de Tainan (Taiwan), a donné, dans son intervention du 11 octobre, un témoignage de communion avec le successeur de Pierre et d´engagement à former des prêtres et des religieux dans une situation très particulière qui ne permet pas toujours d´agir comme le voudraient les chrétiens.

Mgr Jean Ntagwarara, évêque de Bubanza, au Burundi (cf. ci-dessous, synthèse) a souligné le contexte difficile dans lequel doit s´exercer le ministère de l´évêque au service de l´unité d´une société traumatisée par la violence. Il soulignait que l´évêque en cela n´est pourtant pas seul: il compte sur la collaboration de tous et en particulier des communautés de base, antidote aux sectes. Il souhaitait encore plus de solidarité entre évêques.

De l´Ouganda, Mgr John Baptist Odama, archevêque de Gulu, faisait un tableau dramatique. La situation économique est inquiétante: le pays a progressé mais se trouve encore au 113e rang de l´échelle mondiale en termes de pauvreté. Concrètement, cela veut dire que 44 % de la population ne peut satisfaire ses besoins de base, et que les 25 % n´arrive pas à se nourrir. La majorité de la population est catholique. Mgr Odama a mis en place une «stratégie capillaire» de lutte contre la pauvreté.

Le Congo est aussi traversé par les luttes intestines et la pauvreté. Mgr Jean-Claude Makaya Loembe, évêque de Pointe-Noire, insistait pour sa part sur l´attention aux jeunes, en tenant compte de l´expérience du pape aux Journées mondiales de la jeunesse (cf. ci-dessous, synthèse). Il rencontre les jeunes pour les écouter, marcher avec eux et leur faire découvrir l´amour de Dieu. «Si nous brillons par notre absence d´autres guides prendront notre place», disait-il.

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel