Tribunal internat./St-Siège: "Confiance dans le choix de la communauté internationale"

Print Friendly, PDF & Email

Le Saint-Siège s´abstient de participer au vote sur le choix des juges

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mardi 20 mars 2001 (ZENIT.org)
– Le Saint-Siège s´est abstenu la semaine passée lors du vote sur le nom des juges du tribunal international: ce n´est pas la mission du Saint-Siège, a expliqué Mgr Martino à Radio Vatican, se disant confiant dans le choix de la communauté internationale.

Le Saint-Siège n´a pas le droit de vote à l´ONU, en tant que simple « Observateur » mais exceptionnellement aurait pu participer au vote sur le nom des juges du tribunal international pour les crimes de guerre dans l´ex-Yougoslavie: il ne l´a pas fait.

Mgr Renato Martino, Observateur permanent du Saint Siège à l´Organisation des Nations unies a expliqué que « Le Saint-Siège regarde le tribunal comme un instrument de la communauté internationale pour exprimer sa condamnation des violations de la loi humanitaire internationale » mais que l´élection des juges pris individuellement ne fait pas partie de la mission du Siège Apostolique aux Nations Unies. Il ajoutait que par le passé, dans des occasions semblables telle avait été la position du Saint-Siège.

Mgr Martino a déclaré apprécier la reconnaissance des Nations Unies pour le rôle actif du Saint-Siège au niveau international. Il a en particulier souligné le fait que bien que n´étant pas un Etat « membre » des Nations Unies, le Saint-Siège avait été invité à participer au vote.

L´Observateur du Saint-Siège s´est dit confiant dans le choix de la communauté internationale et souhaité aux nouveaux juges le succès de leur travail au service de la justice et de la paix dans le monde.

L´Assemblée générale des Nations Unies a en effet élu, mercredi dernier, à New-York, les 14 juges devant constituer le tribunal. Chacun d´eux appartient à un pays différent: 13 hommes et une femme.

La Russie a pour sa part protesté que le tribunal serait hostile à la Serbie et prônerait une prise en charge de ce travail par les nouveaux Etats Balkaniques.

Le tribunal a été créé en 1991, pour juger les responsables des crimes contre l´humanité perpétrés en Bosnie et en Croatie.

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel