Synode 2018: « Aucun jeune ne doit se sentir exclu », affirme le pape

Veillée de prière avec les jeunes du Latium

Veillée avec les jeunes du Latium, capture CTV

Veillée avec les jeunes du Latium, capture CTV

« Aucun jeune ne doit se sentir exclu » du synode des évêques d’octobre 2018, a affirmé le pape François : « le synode est ‘pour’ et ‘de’ tous les jeunes », y compris les jeunes à la foi tiède, les jeunes athées, a-t-il insisté lors d’une veillée de prière en la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome, le 8 avril 2017.

« Chaque jeune a quelque chose à dire … aux évêques, au pape ! », a souligné le pape François devant les jeunes de Rome et de la région du Latium, en la veille de la 32e Journée mondiale de la jeunesse, célébrée au niveau diocésain.

Cette rencontre avait lieu dans le cadre de la préparation de l’assemblée synodale sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » ainsi que des Journées mondiales de la jeunesse prévues à Panama en 2019.

« L’avenir est dans vos mains, toute l’Eglise veut entendre les jeunes », a déclaré le pape à ses interlocuteurs après le témoignage d’une religieuse et d’un jeune. Comme souvent, le pape a délaissé son discours préparé à l’avance pour parler d’abondance de cœur.

« Chers jeunes, a-t-il commencé sous les applaudissements, merci d’être là ». Et de lancer : « Aucun jeune ne doit se sentir exclu du synode ». « Faisons le synode pour les catholiques… les jeunes appartenant à des associations catholiques… non ! Le synode est le synode ‘pour’ et ‘de’ tous les jeunes ».

« Les jeunes en sont les protagonistes. Les jeunes qui se sentent agnostiques aussi ? Oui ! Les jeunes à la foi tiède aussi ? Oui ! Les jeunes éloignés de l’Eglise aussi ? Oui ! (…) Les jeunes qui se sentent athées aussi ? Oui ! C’est le synode des jeunes ! ». Et le pape d’exhorter : « Nous voulons tous écouter, chaque jeune a quelque chose à dire aux autres, a quelque chose à dire aux adultes, a quelque chose à dire aux prêtres, aux religieuses, à l’évêque et au pape ! Nous avons tous besoin de vous entendre ! »

Au synode « toute l’Eglise veut entendre les jeunes, ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils veulent, ce qu’ils critiquent ». « Soyez courageux », a aussi invité le pape en assurant : « L’important n’est pas de ne pas tomber mais de ne pas rester à terre ».

« Qui suis-je ? » ou « Pour qui suis-je ? »

Lors des JMJ de Cracovie (2016), a rappelé le pape François, « j’ai dit deux choses : qu’il est laid de voir un jeune partir à la retraite à 20 ans et (…) de voir un jeune vivre sur le canapé ». Il a souhaité « des jeunes en marche, des jeunes sur la route, des jeunes qui vont de l’avant, l’un à côté de l’autre, en regardant l’avenir ».

A l’exemple de Marie qui s’empresse de visiter sa cousine Elisabeth, « le monde d’aujourd’hui a besoin de jeunes qui aillent en hâte, qui ne se lassent pas de partir en hâte (…). Nous avons besoin de jeunes en chemin, le monde ne peut changer que si les jeunes sont en chemin ».

« Dans la vie nous perdons souvent du temps à nous demander « Qui suis-je ? », a constaté le pape (…) Mais demande-toi « pour qui suis-je ? (…) pour quelles personnes suis-je en ce moment ? » ». Il a aussi encouragé à « prendre la beauté dans les petites choses de tous les jours et remercier pour ce que tu es : ‘je suis comme cela, merci’ ».

La mission que le pape confie aux jeunes

Le « drame de ce monde », a déploré le pape argentin, est que « les jeunes sont souvent écartés. Ils n’ont pas de travail, ils n’ont pas d’idéal, l’éducation fait défaut, l’intégration fait défaut, tant de jeunes doivent fuir, émigrer… les jeunes sont souvent des déchets, et cela nous ne pouvons pas le tolérer ».

Le chemin est parfois « risqué » mais « si un jeune ne prend pas de risque, il est « vieilli » », a averti le pape : « Vous les jeunes, vous devez prendre des risques dans la vie… vous devez préparer l’avenir, l’avenir est dans vos mains ».

Le pape François a confié une mission aux jeunes du monde : parler avec les grands-parents. « Aujourd’hui plus que jamais nous avons (…) besoin de ce pont, de ce dialogue entre vieux et jeunes (…). C’est le devoir que je vous donne au nom de l’Eglise ». « Mais les vieux sont ennuyeux, disent toujours la même chose… non ! Ecoute les personnes âgées, parle, pose des questions ».

Il a conclu ainsi : aux JMJ de Panama, « je ne sais pas si ce sera moi, mais il y aura le pape … et il vous demandera si vous avez parlé avec les personnes âgées » et prophétisé avec les rêves des anciens (Joël 2,28).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!