Protection des mineurs: « La victime d’abord », principe fondamental de la Commission pontificale

Le pape « est sérieusement impliqué » dans la lutte, affirme le card. O’Malley

Card. O'Malley - L'Osservatore Romano

Card. O'Malley - L'Osservatore Romano

« La victime d’abord » est le « principe fondamental » de la Commission pontificale pour la protection des mineurs (Pcpm), a assuré son président le cardinal Seán Patrick O’Malley. L’archevêque de Boston a affirmé que « le pape François est sérieusement impliqué » dans la lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise.

Intervenant à l’“Education Day” promu à l’Université pontificale grégorienne de Rome le 23 mars 2017, le cardinal a mis en garde : « Nous échouerons si nous ne mettons pas les victimes à la première place ».

« ‘La victime d’abord’ est le principe fondamental de notre Commission, a-t-il ajouté dans des propos rapportés par l’agence catholique italienne SIR. (…) Nous ne pouvons pas être indulgents dans ce travail et nous devons apprendre de l’expérience et de nos erreurs ».

« Si l’Eglise n’est pas engagée dans la protection des mineurs, nos efforts d’évangélisation n’auront pas d’effets », a prévenu le cardinal O’Malley. Et d’insister : « Il n’y a pas de justification, nous ne pouvons pas échouer dans l’élaboration de normes efficaces de protection des mineurs et des adultes vulnérables ».

« Nous devons affronter le problème des abus sexuels de la part des prêtres », a-t-il poursuivi. Si « l’abus des plus vulnérables n’est pas un problème catholique ou clérical » mais « un problème humain », cependant « quand l’abus est perpétré par un prêtre, le dommage est encore plus profond » et « le monde catholique demande que nous, ses pasteurs, nous faisions tous les pas nécessaires pour protéger les enfants confiés à notre soin ».

Durant la rencontre organisée par le « Centre for Child Protection » sur le thème « Protéger à la maison et à l’école : apprendre des expériences à travers le monde » (« Safeguarding in Homes and Schools: Learning from Experience Worldwide »), le cardinal a souligné que l’éducation était un « élément central » du travail de la Commission pontificale.

Le pape est sérieusement impliqué

« Le pape François est sérieusement impliqué pour éradiquer les abus sexuels dans l’Eglise », a encore affirmé le cardinal. Il s’agit de faire « de notre Eglise une maison sûre pour tous » en promouvant « une culture de la protection de la personne ».

« Le pape, a-t-il ajouté, nous a confié la mission de promouvoir la responsabilité de l’Eglise en particulier à travers l’échange des meilleurs pratiques et en développant des réponses efficaces impliquant toutes nos Eglises locales ».

Pour le cardinal O’Malley, la réforme « ne concerne pas seulement les structures » : « le pape nous invite avant tout à la réforme des cœurs, à notre conversion ». Un élément « crucial » de cette conversion étant d’ « offrir des environnements sûrs pour tous dans nos Eglises ».

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!