ONU: les innovations technologiques doivent éduquer à la « solidarité »

Intervention de Mgr Auza (Traduction intégrale)

Mgr Bernardito Auza © Mission du Saint-Siège à l'ONU

Mgr Bernardito Auza © Mission du Saint-Siège à l'ONU

Pour le Saint-Siège, les innovations technologiques doivent être « des moyens d’éduquer les gens à une véritable solidarité » et de contribuer « à une plus grande égalité et à l’inclusion sociale ». C’est ce qu’a affirmé Mgr Bernardito Auza, observateur permanent auprès des Nations unies à New York, le 17 mai 2017.

Intervenant au cours de l’événement d’action des Objectifs de développement durable (ODD) sur l’innovation et la connectivité, Mgr Auza a souhaité que les innovations technologiques soient accompagnées de « la révolution de la tendresse », afin qu’elles soient « véritablement humaines et humainement authentiques ».

« C’est par la compassion et la tendresse qu’on ressent pour l’autre, qu’on a de l’empathie pour la souffrance de l’autre et qu’on ressent la joie de pouvoir partager des innovations pour le développement de peuples et de sociétés entières », a-t-il expliqué. Et d’ajouter : « Nous devrions partager les succès et les fardeaux de chacun, de sorte que personne ne soit laissé en arrière ».

Voici notre traduction intégrale de l’intervention du représentant du Saint-Siège.

AK

Déclaration de Mgr Auza

Monsieur le Président,

Ma délégation souhaite vous remercier pour cette opportunité de s’engager avec des chefs de file, des hommes et des femmes d’opinion et des entreprises technologiques sur la façon dont les nouvelles technologies peuvent soutenir la mise en œuvre réussie des objectifs de développement durable et sur la meilleure façon de saisir les opportunités et de gérer les risques associés au rythme exponentiel du changement technologique, tout en tenant compte des dilemmes politiques, économiques, moraux et éthiques que cela représente pour atteindre le bien commun.

Le Saint-Siège suit de près les progrès technologiques. Le pape François a des dizaines de millions d’abonnés sur Twitter et possède le plus grand nombre de tweets retweetés. Il a récemment abordé les dirigeants technologiques dans TED Talk, qui fournit une plate-forme pour les conversations sur les innovations technologiques.

À plusieurs reprises, et en particulier dans son discours sur TED Talk, le pape François nous rappelle que tout est connecté et que la vie concerne les interactions humaines. « Aucun de nous n’est un « je » autonome et indépendant, a-t-il dit. Nous ne pouvons construire l’avenir qu’en nous réunissant, en incluant tout le monde ».

Les innovations technologiques doivent donc être des moyens d’éduquer les gens à une véritable solidarité, qui surmonte une « culture du déchet » qui met les produits au centre des systèmes techno-économiques au lieu des personnes. « L’autre a un visage, a-t-il dit. Le « tu » est… une personne dont il faut prendre soin ». En exprimant l’espoir que la croissance des innovations scientifiques et technologiques contribuera à une plus grande égalité et à l’inclusion sociale, le pape a déclaré : « Comme ce serait merveilleux  si, tout en découvrant des planètes lointaines, [nous aussi] redécouvrions les besoins de nos frères et sœurs autour de nous ».

Pour que les innovations technologiques soient véritablement humaines et humainement authentiques, elles devraient être accompagnées de ce que le pape François appelle « la révolution de la tendresse ». C’est par la compassion et la tendresse qu’on ressent pour l’autre, qu’on a de l’empathie pour la souffrance de l’autre et qu’on ressent la joie de pouvoir partager des innovations pour le développement de peuples et de sociétés entières. La tendresse n’est donc pas une démonstration de faiblesse ou de douceur, mais une force transformatrice capable de stimuler d’une manière telle que personne n’est laissé en arrière. La tendresse transforme la tentation d’imposer aux autres ses idées et son comportement en une attitude de prospérité et de solidarité partagée. La tendresse devient donc un pouvoir de servir pour le bien commun.

Monsieur le Président,

Ma délégation croit que l’avenir de l’humanité est entre les mains de ceux qui reconnaissent l’autre comme un « tu » et qui se reconnaissent eux-mêmes comme faisant partie d’un « nous ». Si nous sommes les uns pour les autres, nous devrions partager les succès et les fardeaux de chacun, de sorte que personne ne soit laissé en arrière.

Merci, Monsieur le Président.

Traduction de Zenit, Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!