Faire un don
Mgr Ivan Jurkovic © RV

Mgr Ivan Jurkovic © RV

ONU : la contribution positive de la Convention sur les mines antipersonnel

Mais les mines terrestres font encore beaucoup trop de victimes

Le Saint-Siège se félicite de la contribution apportée par la Convention sur les mines antipersonnel aux « efforts de paix et de réconciliation en plaçant la personne humaine au centre des préoccupations ». Mais il fait part de sa préoccupation devant les mines antipersonnel qui « continuent d’être placées, y compris par des acteurs non étatiques, créant ainsi un climat de peur et d’insécurité, et surtout de nouvelles victimes potentielles ».

Mgr Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, est intervenu lors de la réunion des États parties à la Convention contre les mines antipersonnel en 2018, à Genève, le 29 novembre.

Mgr Jurkovič a appelé à respecter « pleinement la lettre et l’esprit de la Convention » afin d’ « honorer la dignité des trop nombreuses victimes directes et indirectes des mines terrestres ». « Il est important de ne pas les laisser en arrière, a-t-il insisté, mais d’assurer leur pleine réhabilitation, leur réintégration socio-économique, ainsi que leur assistance psychologique et spirituelle. »

Voici notre traduction de l’intervention de Mgr Jurkovič.

HG

Intervention de Mgr Ivan Jurkovič

Madame la Présidente,

La délégation du Saint-Siège souhaite vous remercier pour le travail acharné et l’engagement que vous avez consacrés à l’organisation de cette réunion et tout au long du mandat de la présidence afghane.

Inscrite dans une perspective humanitaire, la Convention sur les mines antipersonnel a connu un succès notable et a contribué aux efforts de paix et de réconciliation en plaçant la personne humaine au centre des préoccupations. À cet égard, il est encourageant de constater que les États qui ne sont pas encore parties à la Convention adhèrent à son esprit.

Cette délégation se félicite en particulier des efforts initiaux et symboliques déployés dans le cadre des projets de déminage communs dans la zone de sécurité commune de la péninsule coréenne, qui pourraient montrer que la sécurité est mieux assurée grâce au dialogue, au renforcement de la confiance et au désarmement.

Dans le même temps, toutefois, il est profondément déconcertant que des mines antipersonnel continuent d’être placées, y compris par des acteurs non étatiques, créant ainsi un climat de peur et d’insécurité, et surtout de nouvelles victimes potentielles.

Madame la Présidente,

Il est de la plus haute importance de renouveler notre détermination à respecter les obligations légales contractées. Ce n’est que si nous respectons pleinement la lettre et l’esprit de la Convention que nous pourrons également honorer la dignité des trop nombreuses victimes directes et indirectes des mines terrestres. Le déminage, la destruction des stocks et l’assistance aux victimes sont étroitement liés et constituent des étapes essentielles pour marcher ensemble vers un monde exempt de mines antipersonnel.

C’est une obligation légale et un devoir moral de veiller à ce que de telles priorités restent fermement devant la conscience publique. À cet égard, les généreuses contributions des donateurs au déminage et à l’aide aux victimes sont l’expression concrète de la solidarité internationale et d’une véritable famille de nations.

Madame la Présidente,

Les victimes des mines, parmi lesquelles beaucoup trop sont des enfants, sont un rappel brutal de la cruauté et de la tragédie des conflits. Il est important de ne pas les laisser en arrière, mais d’assurer leur pleine réhabilitation, leur réintégration socio-économique, ainsi que leur assistance psychologique et spirituelle.

La présence durable de mines antipersonnel empêche toujours le développement humain intégral de populations entières, ce qui affecte la croissance socio-économique de nombreux pays.

Si nous souhaitons réellement parvenir à un monde exempt de mines terrestres d’ici 2025, nous n’avons pas de temps à perdre. À cet égard, le Saint-Siège félicite tous les pacifistes courageux qui risquent leur vie pour mener à bien des activités de déminage et leur souhaite une mission sûre. S’il vous plaît, ne vous découragez pas devant une tâche aussi ardue ! Je vous remercie.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel