ONU: «Développement humain intégral – Transformer notre monde», congrès à Genève

Un «signe d’espoir», pour le card. Turkson

Cardinal Peter Turkson during the presentation of reflexion about miners work in de world

ZENIT - by HSM

Une conférence intitulée « Développement humain intégral – Transformer notre monde : Le Saint-Siège et l’Agenda 2030 » a eu lieu le 18 mai 2017 à Genève, indique un communiqué du Saint-Siège.

Organisé par la Mission d’observation permanente du Saint-Siège auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève (Suisse) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), l’événement a été ouvert par le cardinal Peter Turkson, préfet du dicastère du Saint-Siège pour la Promotion d’un développement humain intégral.

Dans son discours d’ouverture, le cardinal Turkson, a rappelé le « signe d’espoir de la prospérité et du développement inclusif » représenté par les objectifs de développement durable (ODD).

Dans le cadre du programme de 2030, la communauté internationale a choisi « la solidarité sur l’égoïsme : la solidarité avec les exclus d’aujourd’hui, la solidarité avec les pauvres de demain, la solidarité avec les générations futures », a-t-il rappelé. En ce sens, le Saint-Siège considère que la vie avec dignité inclut « la liberté religieuse et l’éducation, ainsi que l’hébergement, le travail, la terre, la nourriture, l’eau et les soins de santé » et souligne l’importance de la famille comme « agent principal du développement durable et donc modèle de communion et de solidarité entre les nations et les institutions internationales ».

Le cardinal Turkson a aussi souligné la préoccupation de l’Église par la propagation d’une économie d’exclusion et d’inégalité qui est « ancrée dans une « croyance », dans l’égoïsme naturel des êtres humains et la capacité automatique d’un marché libre, non entravé par une réglementation morale, à générer une efficacité accrue et une croissance agrégée ».

Dans son intervention, M. Pasquale Lupoli, conseiller régional principal pour l’Europe et l’Asie centrale de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a accordé une attention particulière à l’état des migrants partout dans le monde.

En ce qui concerne l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs, a-t-il rappelé, la migration est pour la première fois insérée dans la politique générale, ce qui représente une énorme réussite, compte tenu du fait que les ODD concernent tous les pays, à la fois développés et en développement, à la fois destination et origine des migrations. Pour répondre à ce défi unique, a noté Pasquale Lupoli, il est obligatoire de produire un cadre juridique et politique mondial. Les pays ne peuvent pas traiter eux-mêmes les ODD et le phénomène de la migration. Sachant que la migration peut être une clé fondamentale du développement, a-t-il souligné, « notre engagement commun est de transformer les défis de la migration en avantages pour tous ».

Lors de la conférence, le Dr Luiz Loures, directeur exécutif adjoint du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) et  sous-secrétaire général des Nations Unies, a rappelé l’importance de la promotion de la santé dans les différents endroits du monde. Il s’est arrêté particulièrement sur  le manque d’accès aux soins de la santé qui devient un énorme défi pour les migrants.

M. Loures a souligné le besoin de solidarité. À ces fins, a-t-il dit, il est important de s’engager dans des conversations avec le secteur privé et de mettre en œuvre des ODD, car la combinaison du chômage, du manque d’éducation et de santé est aujourd’hui la plus grande menace pour les nouvelles générations.

Mme Nadia Isler, responsable du laboratoire ODD du Bureau du directeur général, a rappelé dans son intervention qu’il fallait prendre au sérieux le fait de « ne laisser personne en arrière» et de regarder « aussi les gens comme un tout, avec des besoins et des vulnérabilités spécifiques qui ne peuvent être vus dans un isolement artificiel ».

Lors de la rencontre modérée par Mgr Ivan Jurkovic, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, sont aussi intervenus : Dr Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED, et Melle Corinne Momal-Vanian qui a lu un message de M. Michael Møller, directeur général du Bureau des Nations Unies à Genève.

Avec une traduction de Constance Roques

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!