Faire un don
Auschwitz, pape François, Pologne © L'Osservatore Romano

Auschwitz, pape François, Pologne © L'Osservatore Romano

Le pape salue un concert pour ne pas oublier la Shoah et tous ceux qui souffrent

Message pour le 40ème anniversaire du Chemin néocatéchuménal

Une invitation à « à la réconciliation, à la compréhension réciproque et à l’amour envers nos “frères aînés”, les juifs » ainsi qu’un engagement « en faveur des personnes qui souffrent, des personnes indigentes et de toutes celles qui, du plus profond de leur être aspirent au salut » : c’est ainsi que le pape François a salué un concert donné le 10 juin 2018 à Berlin.

Le pape François a envoyé un message à l’archevêque de Berlin, Mgr Kock, par l’intermédiaire du cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin, à l’occasion du concert intitulé « La souffrance des innocents », donné à l’Orchestre philarmonique de Berlin pour célébrer le 40e anniversaire du Chemin néocatéchuménal.

Les célébrations pour le 40e anniversaire du Chemin néocatéchuménal ont eu lieu du 9 au 10 juin à Berlin. Différents programmes étaient organisés, dont une Eucharistie d’action de grâce, la présentation du livre « Annotations » du fondateur responsable Kiko Argüello et la célébration symphonique et catéchétique « La souffrance des innocents », à l’Orchestre philarmonique de Berlin, composée par Argüello lui-même, dans laquelle sont commémorées les victimes de la Shoah.

Voici notre traduction du message du pape François, envoyé par l’intermédiaire du cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin.

HG

Message du pape François à l’attention de Mgr Kock

Le pape François a appris avec joie l’exécution de la symphonie « La souffrance des innocents », de Kiko Argüello, qui se tiendra à Berlin. Il salue toutes les personnes présentes à l’occasion de cet événement à l’Orchestre philarmonique de Berlin. Enracinée dans la tradition et inspirée des lamentations bibliques, cette symphonie commémore les nombreuses victimes de la Shoah. Le souvenir de l’atroce violence, de l’indicible douleur et de l’extermination d’un peuple ne doit jamais cesser. C’est plutôt un avertissement constant pour nous tous pour que nous nous engagions à la réconciliation, à la compréhension réciproque et à l’amour envers nos « frères aînés », les juifs, et en même temps pour que nous dédions notre vie en faveur des personnes qui souffrent, des personnes indigentes et de toutes celles qui, du plus profond de leur être aspirent au salut. Le Saint-Père s’unit à cette intention et invoque de tout cœur sur toutes les personnes présentes la bénédiction de Dieu miséricordieux.

Avec mes meilleurs vœux personnels.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel