Faire un don
Académie pour la vie © Vatican Media

Académie pour la vie © Vatican Media

L’Académie pour la vie souhaite un dialogue franc et sincère avec tous

Présentation de l’assemblée générale

L’Académie pontificale pour la vie (PAV) souhaite un dialogue franc et sincère avec tous, entre autres avec « la science et les cultures contemporaines ». C’est ce qu’ont souligné les intervenants présentant la XXIVe Assemblée générale, organisée au Vatican du 25 au 27 juin 2018 sur le thème « Égaux au commencement. Et ensuite ? Une responsabilité globale » («Equal beginnings. But then? A global responsibility»).

Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie, a souligné que la structure vaticane devait cultiver « une profonde compréhension scientifique et une grande sagesse de l’humain » : « Notre Académie pontificale est appelée à être l’un de ces lieux où le dialogue avec la science et les cultures contemporaines doit produire des fruits précieux. Le chemin, c’est “habiter” les cultures contemporaines, de nous confronter à tous, de fréquenter les domaines de la science et du savoir. »

« Le dialogue franc et sincère qui caractérise, à tous les niveaux, une Eglise en sortie, porte des fruits surprenants », a affirmé Mgr Paglia.

Mgr Renzo Pegoraro, chancelier de l’Académie, a détaillé le programme de ces deux journées, qui verront notamment une intervention de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et un message vidéo de son directeur. Le thème de la maternité et de l’enfance sera particulièrement abordé : de la grossesse avec les tests prénataux, à la santé néonatale et aux inégalités économiques qui conduisent à la migration.

L’Académie, a-t-il précisé, plaide pour la « pleine justice et la solidarité », avec une attention particulière aux personnes plus fragiles et vulnérables : cette assemblée sera « une forte invitation à une “responsabilité globale” qui implique tout le monde dans l’effort de protéger et de promouvoir la vie humaine ».

Message au synode sur les jeunes

Enfin, la jeune égyptienne Sandra Azab, spécialiste en santé internationale du Saint Joseph Institute, a parlé du pôle jeunesse voulu par le pape François dans les nouveaux statuts de l’Académie (novembre 2016) : une section pour les « jeunes chercheurs », âgés au maximum de 35 ans. Ces jeunes qui apportent « une nouvelle énergie », a-t-elle expliqué, « s’engagent à promouvoir et à défendre les principes liés à la valeur de la vie et à la dignité de la personne humaine ».

En avril dernier, a indiqué Sandra Azab, le groupe de jeunes a préparé un message adressé aux pères synodaux, en vue du synode sur les jeunes prévu en octobre prochain. Ce message reflète « les situations de défi auxquelles les jeunes chercheurs font face tous les jours… il souligne le besoin d’un accompagnement spirituel des jeunes chercheurs » afin qu’ils soient « lumières pour les autres dans le domaine de la recherche, en vivant de vraies vies chrétiennes là où ils sont ».

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel