Faire un don
Réunion pré-synodale avec les jeunes © Vatican Media

Réunion pré-synodale avec les jeunes © Vatican Media

« Une Église de dialogue et d’accueil, de renouveau et d’écoute », par le card. Baldisseri (traduction complète)

« Les jeunes ont démontré cette semaine un grand sérieux »

« La jeunesse d’aujourd’hui préconise une Église de dialogue et d’accueil, de renouveau et d’écoute, comme du reste le Saint-Père le demande depuis le début de son ministère pétrinien », constate le cardinal Baldisseri.

Une conférence de presse de présentation du document « pré-synodal » des jeunes du monde entier a eu lieu ce samedi 24 mars 2018, en la salle de presse du Saint-Siège, en préparation à la XVe Assemblée ordinaire générale du synode des évêques, prévue pour octobre 2018, sur le thème: « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel « .

Le cardinal italien Lorenzo Baldisseri, Secrétaire général du synode des évêques, le p. Augusto Zampini, Italien, coordinateur de la réunion pré-synodale, sœur Nathalie Becquart, Française, coordonnatrice de la réunion pré-synodale, le p. Jean Paul Hernàndez, SI, professeur à Rome, coordinateur de la réunion pré-synodale et trois jeunes des Etats-Unis, d’Italie-Ghana et de l’Inde y ont participé.

Voici notre traduction, de l’italien, de l’intervention du cardinal Baldisseri.

Lors de l’échange avec la presse il a souligné que, d’après le vote à main levé, le document a été approuvé à l’unanimité.

AB

Intervention du card. Lorenzo Baldisseri

Les travaux de la réunion pré-synodale ont été ouverts, lundi, 19 mars, en présence du pape François qui a parlé avec les jeunes pendant trois heures et demi. Ses paroles, franches, directes, adressées à tous les participants – aussi bien ces plus de 300 participants physiquement présents à Rome, que les quelque 15 000 connectés grâce aux réseaux sociaux – ont suscité un immense intérêt.

Le pape a parlé avec courage et il a demandé aux jeunes hommes de laisser la honte à la porte. Il leur a demandé d’être les protagonistes de ce voyage synodal et a déclaré que leur contribution était indispensable pour la préparation de l’Assemblée synodale d’octobre. Citant l’Ecriture Sainte, il a rappelé que ce sont souvent les jeunes justement qui rouvrent la porte de l’espérance en temps de crise et qu’une Église qui n’ose pas de nouvelles routes est une Église condamnée à vieillir.

Surtout, le Saint-Père a mis tout le monde en garde contre la prétention de parler des jeunes sans interpeller les jeunes. Il faut dire que la réunion, qui se conclut aujourd’hui a été une réponse à cet appel.

Les quelque 15 300 jeunes qui ont participé à la rencontre, physiquement ou virtuellement, viennent des cinq continents et ils représentent de diverses manières leurs pairs dans le monde entier.

Cette présence dissipe de nombreux faux mythes et des préjugés sur les nouvelles générations. Nous avons vu des jeunes capables de chanter à gorge déployée mais aussi de faire silence et d’écouter avec une attention extraordinaire, de danser avec l’enthousiasme typique de leur âge mais aussi passer des heures en assemblée plénière ou dans les groupes de travail, pour raisonner, parler, discuter et mettre leurs idées par écrit.

De tout le travail de cette semaine – menée de jour mais quand nécessaire aussi de nuit – un grand document a émergé : il a été discuté dans l’auditoire et dans les cercles linguistiques, et il a été définitivement approuvé ce matin. Comme on peut le voir, la méthode adoptée était effectivement synodale: en ces jours nous avons marché ensemble et nous nous sommes écoutés mutuellement, arrivant à élaborer un texte partagé dans lequel chacun a pu se retrouver.

Le document de la réunion pré-synodale est l’une des sources qui contribuera à la rédaction de l’Instrumentum laboris du synode. Les autres contributions viendront d’abord des synthèses envoyées par les Conférences épiscopales et par les Synodes des Églises catholiques orientales, synthèses qui sont elles aussi le fruit d’une écoute tous azimuts menée dans les diocèses du monde. À ces synthèses s’ajouteront ensuite, les résultats du questionnaire en ligne proposé aux jeunes et les interventions du Séminaire international sur la situation de la jeunesse organisé par le Secrétariat général du synode en septembre 2017, sans oublier les observations envoyées librement par des individus et des groupes de toutes les parties de la planète.

Le document élaboré au cours de cette semaine se divise en trois parties, précédées d’une introduction:

-la première partie traite des défis et des opportunités des jeunes dans le monde d’aujourd’hui;

-la seconde de la foi et de la vocation, du discernement et de l’accompagnement des jeunes;

-la troisième des activités de formation et de pastorale de l’Église.

Sans vouloir offrir un résumé détaillé du texte, qui sera proposé par ceux qui parleront après moi, je voudrais souligner quelques idées matrices et des mots-clés qui peuvent nous aider à comprendre leur contenu.

Les jeunes, qui parlent à la première personne du pluriel, s’appellent eux-mêmes “the young Church”, la Jeune Église: il existe une Église des jeunes, qui n’est pas « en face » ou « en opposition » à une Église des adultes, mais “à l’intérieur” de l’Église comme levain dans la pâte, pour utiliser une image évangélique.

De ce texte émerge un grand désir de transparence et de crédibilité de la part des membres de l’Église, surtout des pasteurs: les jeunes attendent d’une Église qui sache reconnaître humblement les erreurs du passé et du présent et s’engager courageusement à vivre ce qu’elle professe. En même temps, les jeunes recherchent des éducateurs à visage humain, prêts si nécessaire à reconnaître leur fragilité. Les autres catégories fondamentales du document sont la vocation, le discernement et l’accompagnement. Les jeunes souffrent aujourd’hui du manque de vrais accompagnateurs qui les aident à trouver leur chemin dans la vie, et ils demandent à la communauté chrétienne de prendre en charge leur besoin de guides ayant autorité.

En fin de compte, les jeunes revendiquent une Église «extravertie», engagée dans le dialogue sans fermetures avec la modernité qui progresse, en particulier avec le monde des nouvelles technologies, dont il est nécessaire de reconnaître le potentiel et d’orienter l’utilisation correcte. “An attractive Church is a relational Church”, dit le document. Le pape François, citant le prophète Joël (cf. 3, 1), a rappelé lundi que le propre des jeunes est de faire des prophéties et d’avoir des visions: la jeunesse d’aujourd’hui préconise une Église de dialogue et d’accueil, de renouveau et d’écoute, comme du reste le Saint-Père le demande depuis le début de son ministère pétrinien.

Je voudrais ajouter en conclusion que les jeunes ont démontré cette semaine un grand sérieux, d’une recherche passionnée de sens, une ouverture généreuse et leur spontanéité.

Ils ont exprimé leur confiance dans l’Église et leurs grandes attentes à son égard. Ils se sentent mobilisés, parce que protagonistes.

Demain, certains d’entre eux auront le privilège d’offrir au Saint-Père le document jailli de la rencontre. Symboliquement, ce document est remis à tous les pères synodaux en vue de l’assemblée d’octobre. Significativement, ce sera un jeune homme du Panama qui remettra le texte entre les mains du pape, une nation qui, comme vous le savez, accueillera la Journée mondiale de la jeunesse 2019.

Traduction de ZENIT, Anita Bourdin

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel