Faire un don
Le pape à Amatrice après le séisme @ L'Osservatore Romano

Le pape à Amatrice après le séisme @ L'Osservatore Romano

Italie: visite surprise du pape aux populations touchées par le séisme

Réconforter la population à Amatrice

Le pape François s’est rendu en privé à Amatrice, dans le centre de l’Italie, le 4 octobre 2016 au matin, pour réconforter la population touchée par le séisme du 24 août dernier. Une visite surprise – en la fête de saint François d’Assise – qui n’a pas été annoncée à l’avance : le pape souhaitait s’y rendre seul, comme un pasteur.

« Le pape est arrivé à Amatrice à 9h10 ce matin pour rendre visite à la population dévastée par le tremblement de terre », a indiqué un communiqué du Bureau de presse du Saint-Siège publié peu après le début de la visite. Le pape était accompagné de l’évêque de Rieti, Mgr Domenico Pompili.

Il s’est rendu à l’école provisoire de la commune, où il a rencontré une centaine d’enfants, puis dans la « zone rouge » de la région, où le séisme a fait le plus de dommages, fermée pour raison de sécurité. Là, le pape s’est recueilli en prière silencieuse, au milieu des décombres. Le séisme, qui a touché les régions du Latium, de l’Ombrie et des Marches, a fait près de 300 morts.

« J’ai pensé dans les premiers jours (…) que ma visite aurait peut-être été plus un encombrement qu’une aide (…) et je ne voulais pas déranger, c’est pourquoi j’ai laissé passer un peu de temps », a expliqué le pape aux rescapés de la catastrophe : « Mais depuis le premier moment j’ai senti que je devais venir vous voir. Simplement pour dire que je suis proche de vous (…) et que je prie pour vous. Proximité et prière, c’est ce que je vous offre ».

Le pape a aussi encouragé : « Allons de l’avant, il y a toujours un avenir. Tant de personnes chères nous ont laissés, elles sont mortes ici, sous les ruines. Prions la Sainte Vierge pour elles; (…) Courage, aidez-vous les uns les autres; on marche mieux ensemble, seul cela ne va pas ».

En privé, seul, comme prêtre

Deux jours plus tôt, à bord de l’avion qui le ramenait de Bakou (Azerbaïdjan) à Rome, le pape François avait expliqué aux journalistes qu’il devait encore fixer la date de ce déplacement et qu’il souhaitait l’accomplir « en privé, seul, comme prêtre, comme évêque, comme pape. Mais seul. C’est ainsi que je veux le faire. Et je voudrais être proche des personnes ».

Lors de l’angélus quatre jours après le drame, le pape avait assuré qu’il se rendrait « dès que possible » dans les zones touchées. « Chers frères et sœurs, avait-il déclaré, moi aussi j’espère venir vous trouver dès que possible, pour vous apporter en personne le réconfort de la foi, l’étreinte du père et du frère, et le soutien de l’espérance chrétienne. »

Lors de l’audience générale du 24 août, il avait reporté sa catéchèse hebdomadaire afin de prier un chapelet avec la foule. Très rapidement, il avait fait envoyer des pompiers et des gendarmes du Vatican pour aider les secouristes. C’est finalement le 4 octobre, en la fête de saint François d’Assise, patron de l’Italie, que le pape a choisi de se rendre sur les lieux.

Il a poursuivi son déplacement à Borbona, où il a déjeuné avec des personnes âgées rescapées du séisme, puis à Accumoli, Pescara et Arquata del Tronto, autres localités durement touchées.

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel