Faire un don
Petite chapelle des apparitions, Fatima © L'Osservatore Romano

Petite chapelle des apparitions, Fatima © L'Osservatore Romano

Fatima: il y a cent ans, la « naissance au ciel » de Francisco Marto

Et en 2020 l’anniversaire de Jacinta

C’était il y a cent ans, le 4 avril 1919, saint Francisco Marto (1908-1919), le petit berger de Fatima mourait de la grippe espagnole, un an avant sa soeur: il est aujourd’hui un modèle aussi pour les « adultes », avec son amour du chapelet de de l’Eucharistie, et pour la mission de « réparer » la maison de Dieu, à l’instar de François d’Assise, explique l’évêque de Fatima. Il a posé aux très nombreux pèlerins présents pour ce centenaire la question « la plus sérieuse » dans la vie: « Comment vivons-nous notre relation à Dieu? » C’est ce qu’explique un communiqué de Fatima en portugais.

Béatification et canonisation

Béatifié en même temps que Jacinta (1910-1920), sa soeur, le 13 mai 2000 par Jean-Paul II, qui a fait le pèlerinage de Fatima dans le cadre du Grand Jubilé, ils a été canonisé, avec Jacinta également, par le pape François, le 13 mai 2017, à l’occasion de sa visite à Fatima pour le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à la Cova da Iria, le 13 mai 1917, aux deux petits pastoureaux et à leur cousine, Lucia Dos Santos (1907-2005).

Lucia, devenue carmélite à Coïmbra, confirmera l’exactitude et l’interprétation du « secret » au cardinal Joseph Ratzinger, avant qu’il ne soit révélé, en sa présence, le jour de la béatification de Francisco et Jacinta. Elle déclarera aussi que la Vierge Marie est satisfaite par la consécration du monde à son Coeur Immaculé, telle qu’elle a été faite par Jean-Paul II en 1984, à l’Annonciation. Sa cause de béatification est également ouverte.

Panser les plaies

Quant au jeune saint François Marto, le cardinal Antonio Dos Santos Marto, évêque de Leiria-Fatima, a demandé son intercession pour la mission réparatrice consistant à  « panser les plaies » de l’humanité, du monde et de l’Église.

Lors de la messe anniversaire célébrée à Fatima, hier, jeudi 4 avril 2019, l’a évoqué comme le grand exemple pour les « adultes d’aujourd’hui » pour son « charme et sa fascination » pour Dieu, pour la dévotion eucharistique et cette mission réparatrice, dans le sens de saint François d’Assise: panser les plaies de l’humanité « déchirée par tant de violences » et et de l’Eglise  « douloureusement secouée par la corruption et les scandales « .

Le cardinal a présidé le chapelet et l’eucharistie et il a déclaré: « François va réparer mon Eglise! Nous invoquons nous aussi saint François Marto pour cette heure douloureuse de l’Église. Aide-nous à être des chrétiens plus fidèles à l’Évangile et à Jésus; aide-nous à découvrir le charme de la beauté de Dieu; à nous unir de plus en plus à Jésus dans l’Eucharistie et à être ses collaborateurs pour réparer les péchés du monde et de l’Église.  »

Intimité avec Dieu

« Il est nécessaire de réparer les dégâts pour reconstruire, a insisté l’évêque portugais, pour réparer les dégâts causés par les scandales et pour faire émerger des communautés fidèles à l’Évangile, avec la certitude que, dans les heures les plus sombres de l’histoire par lesquelles l’Eglise est passée, le Seigneur ne nous a jamais abandonnés « , a poursuivi Dom Antonio Marto, qui a insisté sur l’intimité que Francisco avait avec Dieu comme clé de la lecture de sa sainteté.

Francisco a été « initié au mystère de Dieu par Notre Dame qui, tout en lumière, l’a amené à goûter et à jouir de Dieu comme le plus beau de sa vie et de son existence humaine », a-t-il déclaré.

« La confession ultime de l’affection et de la beauté de Dieu, parce qu’il se sentait habité et éclairé par elle », a déclaré le cardinal portugais, « a suscité en lui un élan missionnaire pour « rayonner et le communiquer aux autres « .

« Ce témoignage de l’enchantement et de la fascination pour Dieu, du goût joyeux et joyeux de Dieu présent en lui, est d’une actualité pressante. Aujourd’hui, c’est peut-être le plus important et le plus essentiel de vivre la foi « pour qu’elle ne soit pas réduite » à un ensemble de vérités et de préceptes, mais à une communion vivante d’affection et de relation avec Dieu, a poursuivi l’évêque.

Expérience et goût de Dieu

« Nous vivons indifférents à Dieu. Dieu n’est qu’un mot de quatre lettres, vide de contenu, qui ne parle plus; pour d’autres, c’est un être suprême, distant, qui met l’univers en mouvement, mais qui ne se soucie pas de nous ou ne suscite aucun intérêt. D’autres encore disent qu’ils croient en Dieu mais ils l’oublient souvent « , a constaté D. Antonio Marto.

Et, contrairement à François, « nous ne l’avons pas goûté ni par sa présence, ni par son amour, par son pardon, par sa miséricorde, par son esprit, par sa force et pour sa lumière ».

« En ce moment d’indifférence, aucune foi ne tiendra si vous ne vivez pas avec l’expérience et le goût de Dieu dans votre vie, a averti le cardinal portugais. C’est pourquoi nous sommes invités à nous demander comment nous vivons notre relation avec Dieu. C’est la question la plus sérieuse de la mission évangélisatrice de l’Église et des chrétiens: porter le cœur de Dieu aux autres et le vivre avec des affections et des actes concrets « , à la manière de Francisco.

Il a invité à « consoler Dieu, donner de la joie à Dieu et à unir à lui avec une grande affection à travers Jésus caché dans l’Eucharistie « .

Un enfant et l’eucharistie

« Un enfant qui pénètre dans cet admirable mystère de notre foi – Jésus présent dans l’Eucharistie, qui est Dieu avec nous, pour nous, pour nous – est un exemple pour tous », a déclaré l’évêque de Leiria-Fatima.

Il s’agit « non pas de célébrer une date, le jour où il est allé au ciel, mais de regarder cette date de la mort comme la synthèse d’une vie, ce qui nous laisse un héritage, pour lequel nous sommes reconnaissants. Et moi, en particulier, qui m’a tant aidé à découvrir la beauté et l’amour de Dieu et à m’unir avec plus d’affection et d’engagement à la mission. »

Célébrer l’année du centenaire de Francisco

Les célébrations de Fatima avaient commencé la veille par la prière du chapelet, suivie d’une veillée auprès du tombeau de saint Francisco Marto dans la basilique de la Très Sainte Trinité.

Jeudi matin,, le chapelet a été prié à 10h dans la chapelle des Apparitions, suivi de la procession à la basilique Notre-Dame du Rosaire de Fatima avec l’icône de saint Francisco Marto, puis la messe votive des bergers de Fatima, présidée par le cardinal Antonio Marto.

On a aussi li le quatrième chapitre des mémoires de sœur Lucia à 14h dans la basilique Notre-Dame du Rosaire, suivie de l’adoration eucharistique et  des vêpres solennelles.

Un feuillet commémorant le centenaire de la mort de Francisco sera distribué au Sanctuaire, et il sera disponible au domicile de Francisco et Jacinta, à Aljustrel, jusqu’à la fin de l’année pastorale. Il sera disponible dans les sept langues officielles du sanctuaire de Fatima.

Les pèlerins passent par la chambre du voyant pourront d’écouter le récit de la mort de Francisco, tiré des Mémoires de sœur Lucia. Le tombeau du petit berger situé dans la basilique Notre-Dame du Rosaire sera honoré de façon particulière.

Le 7 avril, la basilique Notre-Dame du Rosaire accueillera le concert du centenaire de la mort de saint François Marto, à 15h30, par le groupe vocal LUSIOVOCE, dirigé par Clara Alcobia Coelho.

La paroisse de Fatima va également marquer ce centenaire d’une manière particulière avec la promotion d’un événement pour la paix dans le monde.

Le jour du centenaire de la mort du petit berger, plusieurs communautés catholiques du monde entier s’unissent pour un moment d’adoration, de prière du Saint Rosaire et de consécration au Cœur immaculé de Marie.

Et le centenaire de Jacinta en 2020

Cette initiative fait partie du projet « Mater Fatima » et vise à célébrer le centenaire de la mort de Francisco Marto le 4 avril 2019 et de Jacinta Marto le 20 février 2020, réunissant le monde entier dans la prière pour la paix.

La Fondation Francisco et Jacinta Marto marquera cet anniversaire avec une initiative intitulée « Rencontres de spiritualité et de culture à la Casa das Candeias ».

Une première rencontre culturelle d’approfondissement de la spiritualité de Fatima et des saints Francisco et Jacinta, avec une approche multidisciplinaire, est prévue à 21h, a pour thème « Que dit-on en silence? », sur la vie de Francisco Marto, avec Angela de Fátima Coelho, asm, et Pedro Valinho Gomes.

 

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel