Faire un don
Audience du 21 novembre 2018 @ Vatican Media

Audience du 21 novembre 2018 @ Vatican Media

Audience: on ne peut « se libérer seul, sans le don de l’Esprit Saint »

Catéchèse en français sur les commandements

On ne peut « se libérer seul, sans le don de l’Esprit Saint », fait obserer le pape François au terme de ses catéchèses sur les Dix Paroles, les Dix commandements.

Lors de l’audience générale de ce mercredi 21 novembre 2018, Place Saint-Pierre, le pape a en effet achevé son cycle de catéchèses en soulignant l’importance de la pauvreté du croyant devant Dieu.

Le pape a souligné l’importance de la garde du coeur: « Frères et sœurs, nos rencontres sur le Décalogue nous conduisent aujourd’hui au dernier commandement : tu ne convoiteras rien de ce qui appartient à ton prochain. Cette dernière parole met en évidence le fait que toutes les transgressions naissent d’une racine intérieure commune : les désirs mauvais.  »

« Tout le parcours fait par le Décalogue n’aurait aucune utilité s’il n’arrivait pas à toucher le cœur de l’homme. C’est là le point d’arrivée. Si le cœur n’est pas libéré, le reste sert à peu de chose », a insisté le pape.

Il a fustigé l’hypocrisie: « Les préceptes de Dieu peuvent se réduire à n’être qu’une belle façade d’une vie qui demeure une existence d’esclave et non de fils. Souvent, derrière le masque pharisaïque du correct se cache quelque chose de mauvais et de non résolu. »

Au contraire le pape a invité à reconnaître la « vérité » de la condition du croyant qui se reconnaît « pauvre » devant Dieu: « Les commandements nous montrent notre pauvreté, afin de nous conduire à une sainte humiliation. L’homme en a besoin, car ainsi il découvre qu’il ne peut se libérer seul, sans le don de l’Esprit Saint. Nos efforts porteront du fruit si nous nous ouvrons à la relation avec Dieu, dans la vérité et la liberté. »

Pour le pape c’est justement cette reconnaissance de la pauvreté spirituelle qui permet de s’ouvrir à la miséricorde divine: « Le but de la Loi est de conduire l’homme à sa vérité, c’est-à-dire à sa pauvreté qui devient ouverture authentique et personnelle à la miséricorde de Dieu qui nous transforme et nous renouvelle. »

Pour le pape, il s’agit de se faire « mendiants »: « Les dernières paroles du Décalogue nous invitent donc à nous reconnaître mendiants. Elles nous aident à nous mettre devant le désordre de notre cœur, pour cesser de vivre égoïstement et devenir pauvres en esprit, authentiques devant le Père, nous laissant racheter par le Fils et instruire par l’Esprit. »

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel