Sr Nathalie Becquart, 9 oct. 2018 @ Vatican News

Sr Nathalie Becquart, 9 oct. 2018 @ Vatican News

Synode : l’écoute de la réalité vécue par les jeunes est un «acte théologique»

Intervention de soeur Nathalie Becquart à la conférence de presse du synode

Share this Entry

« Cette phase d’écoute de la réalité est déjà un acte théologique », explique soeur Nathalie Becquart, xavière, ancienne directrice du service national pour l’évangélisation des jeunes et les vocations de la Conférence des évêques de France, au terme du travail sur la première partie de l’Instrument de travail du synode, intitulée « Reconnaître : l’Eglise à l’écoute de la réalité ».
Et spécifiquement la réalité des jeunes auxquels le synode est dédié : « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations » (3-28 octobre 2018).
Sœur Nathalie Becquart a participé à la conférence de presse de conclusion de cette première phase du synode, ce mardi 9 octobre 2018, aux côtés des cardinaux Désiré Tsarahazana (Madagascar), Gérald Cyprien Lacroix (Canada) et Oswald Gracias (Inde), avec la participation du préfet du Dicastère pour la communication, Paolo Ruffini, et du directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, Greg Burke.
Ecoute de la réalité
A une question sur le caractère un peu « sociologique » des contenus, sœur Nathalie Becquart a répondu qu’il s’agit au contraire « d’entrer dans la manière de faire de Dieu ».
Elle a cité l’épisode évangélique des Pèlerins d’Emmaüs (Luc 24, 13-35) : la marche du synode reflète celle des « disciples d’Emmaüs et de Jésus qui marche avec eux ».
En somme le synode regarde « la réalité telle qu’elle est, sans crainte de pouvoir nommer les échecs, les impuissances, ce qui ressemble à la condition des jeunes ».
La présence des femmes
A une question sur la présence des femmes, elle a fait observer que la « question des femmes est venue par les jeunes » et qu’elle « est aussi portée par les hommes et par les évêques ». Elle a rappelé qu’il y a avec elle en tout 7 religieuses au synode : « nos congrégations sont impliquées sur le terrain » et « c’est une question aujourd’hui pour la mission ».
La question est venue « durant le pré-synode » et parmi les 300 jeunes, la moitié de jeunes femmes, et une moitié de jeunes hommes, « c’était naturel »: « les jeunes femmes ont exprimé qu’elles ne perçoivent pas l’égalité des chances comme facile « ni dans la société ni dans l’Eglise ».
Mais soeur Nathalie Becquart à renvoyé à un des termes importants au synode, le discernement : « Ce n’est pas une question d’organisation internationale, mais de discernement. »
« C’est une question aussi pour les évêques », a-t-elle insisté.
Dans la confiance
Pour ce qui est du ton général du synode elle remarque que « les jeunes ont fait bouger les choses et on le ressent en ce début de synode » qu’elle qualifie de « fraternel », « paisible », dans la « confiance ».
« Dans ce monde ce qui me frappe, a confié soeur Nathalie Becquart, c’est le visage d’une Eglise humble, en chemin de conversion », « une Eglise à l’écoute, relationnelle et fraternelle »: « on fait d’expérience de l’écoute des jeunes et de l’écoute mutuelle », et c’est « une clef pour l’évangélisation aujourd’hui ».

Share this Entry

Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel