Le plus grand obstacle à l’annonce de l’Evangile ?

Print Friendly, PDF & Email

Méditation de la Parabole du Semeur par le cardinal Danneels

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

ROME, Lundi 13 octobre 2008 (ZENIT.org) – Le plus grand obstacle à l’annonce de l’Evangile, n’est peut-être pas dans la résistance de la société contemporaine mais dans le « manque de confiance » et « l’ignorance quant aux lois de l’annonce de l’évangile » de la part du chrétien, souligne le cardinal Danneels qui donne quelques indications à partir d’une méditation savoureuse des paraboles évangéliques du semeur, du grain de sénevé et de la lampe. 

Il attire notamment l’attention du synode sur la transmission de la Parole aux malvoyants. 

Le cardinal Godfried Danneels, archevêque de Malines-Bruxelles, président de la conférence des évêques de Belgique, est intervenu ce matin au synode, lors de la 12e congrégation générale. 

Le cardinal a cité les « multiples » obstacles rencontrés dans l’annonce de la Parole: « difficultés de communication, culture et environnement sécularisés, résistance et ignorance chez les auditeurs ». 

Pourtant, il a posé cette question qui renverse la perspective : « Mais peut-être le plus grand obstacle se situe-t-il dans le coeur de l’évangéliste même: son manque de confiance et son ignorance quant aux lois de l’annonce de l’évangile, qui sont différentes de celles du monde. Jésus y répond en Mc 4 par trois paraboles et une comparaison tirée de la vie quotidienne ». 

Il a invité à semer généreusement sans trop se soucier de ce que Dieu fera germer : « Malgré tous les obstacles (épines, sentiers battus, rochers) sur le champ à semer, il y a toujours quelque part de la bonne terre qui portera du fruit. Semez donc : il y aura toujours une moisson, mais vous ne savez pas nécessairement où. Mais semez, dit Jésus ». 

A propos de la parabole du grain qui pousse tout seul, il a souligné : « Tout paysan jette la semence en terre, puis va se coucher. Durant la nuit il ne se lèvera pas pour aller vérifier si ça germe. Car «d’elle même la semence produit son fruit» dit Jésus ».  

Il a évoqué les critères du succès de la semence en ces termes : « Le succès ne dépend nullement des soucis que nous nous faisons, ni de notre hantise de vérification. Semez, dit Jésus sans souci et avec beaucoup de patience: la moisson viendra ». 

S’attardant ensuite sur la parabole du grain de sénevé, le cardinal Danneels a exhorté à ne pas regarder à la petitesse de la semence, car Dieu fait porter un fruit « disproportionné » : « La plus petite des semences produit un arbre plus grand que tous les autres et tous les oiseaux du ciel pourront y faire leur nid. Dans le royaume de Dieu, il n’y a pas de proportionnalité entre investissement et résultat comme c’est le cas dans le monde bancaire des hommes. Semez, dit Jésus, même si le grain semble si petit ». 

A propos de l’image de la lampe sur le candélabre, le cardinal Danneels a conclut en attirant l’attention du synode sur la transmission de la parole aux malvoyants. 

« Si vous avez allumé une lampe, ne la mettez pas sous le lit. Laissez- la briller pour tous. C’est de la simple logique humaine et divine. Qui commence doit continuer, dit Jésus. C’est la logique même », a souligné l’archevêque belge. 

Il a conclu : « Mais il y a des frères et soeurs, qui n’arrivent pas à percevoir la simple lumière naturelle de la lampe: ce sont les aveugles et les malvoyants. Pensez aussi à eux, dit Jésus. Assurez-leur un accès plus facile à la parole de Dieu. Par d’autres moyens techniques ».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel