Les Etats doivent s’engager contre les « disparitions forcées »

Appel de la Coalition internationale contre les disparitions forcées

Share this Entry

ROME, Mercredi 6 février 2008 (ZENIT.org) – Les États doivent maintenant manifester leur « engagement en faveur de l’élimination des disparitions forcées », demande la Coalition internationale contre les disparitions forcées (ICAED).

Un an après la cérémonie de signature de la « Convention sur les disparitions forcées », 72 Etats l’ont signée mais seulement 2 l’ont ratifiée.

Rappelons que pendant trois ans, le défunt ambassadeur de France près le Saint-Siège, M. Bernard Kessedjian, a présidé les négociations sur la convention et qu’il a réussi à garantir l’adoption du texte par consensus et sans réserves, un « exploit » dans le droit international.

M. Kessedjian est décédé le 19 décembre 2007. Le pape Benoît XVI lui a rendu hommage dans son discours du 7 janvier dernier devant le Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège (cf. Zenit du 7 janvier 2008).

A l’occasion du premier anniversaire de cette Convention, l’ICAED publie un Manifeste pour réclamer des États un engagement en faveur de l’élimination des disparitions forcées, par la signature et la ratification de la « Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées ».

Il y a juste un an, le 6 février 2007, 57 États ont signé cette Convention lors d’une cérémonie à Paris.

Vingt ratifications sont nécessaires pour l’entrée en vigueur de la Convention et beaucoup d’autres sont attendues pour que la Convention devienne un outil efficace de protection universelle contre les disparitions forcées.

Dans son Manifeste, la Coalition déclare que « la disparition forcée est l’une des violations les plus graves des droits de l’homme et constitue un crime international ». La personne disparue se retrouve « privée de tous ses droits et reste en dehors de la protection de la loi ».

L’entrée en vigueur de la Convention et sa mise en oeuvre efficace doivent être « une priorité » pour tous les Etats, estime la « Coalition ». En effet, elle constate que « seule la mise en oeuvre effective de ses dispositions constituera un pas important vers le renforcement des droits de l’homme et de la primauté du droit, au niveau international comme au niveau national ».

La Coalition internationale contre les disparitions forcées est un réseau mondial d’organisations de familles de disparus et d’ONG travaillant de façon non violente contre la pratique des disparitions forcées aux niveaux local, national et international. Elle est soutenue par la FIACAT.

L’objectif principal de la ICAED est une ratification rapide et une mise en oeuvre efficace de la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

Anita S. Bourdin

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel