France/Soins palliatifs : les médecins peu et mal préparés

Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mercredi 11 juin 2003 (ZENIT.org) – Une enquête nationale réalisée par l’Observatoire régional de la santé PACA et l’INSERM dresse le constat de l’attitude des médecins face aux patients en fin de vie, indique la revue de presse de la fondation Jérôme Lejeune (www.genethique.org).

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

Seulement 17% des généralistes se déclarent ouvertement mal à l’aise dans la prise en charge des patients en fin de vie, mais le comportement général tend à prouver qu’il existe un réel malaise général. La plupart des médecins cherchent à hospitaliser ces malades, même en l’absence de service spécialisé à proximité. Cette absence de moyens ainsi que le manque de formation universitaire en soins palliatifs sont donc les principales causes des difficultés rencontrées par les médecins.

Notons que beaucoup de médecins se déclarent réticents vis à vis de la morphine et assimilent à l’euthanasie l’emploi d’une sédation active ou de morphine à haute dose.

Par ailleurs, selon la même enquête 45% des généralistes souhaiteraient un cadre légal à l’euthanasie. Il semble que l’euthanasie soit assimilée à un pis-aller, faute de pouvoir apporter une meilleure réponse : « La diffusion des connaissances et des compétences en soins palliatifs pourrait donc contribuer à clarifier et apaiser le débat actuel sur l’euthanasie » estiment les rapporteurs de l’enquête.

Le Quotidien du Médecin (Françoise Cordier) 10/06/03

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel