Après les communautés pauliniennes, S. Paul: la conversion

Print Friendly, PDF & Email

La rencontre de Paul avec le Christ

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Lundi 7 mai 2001 (ZENIT.org) – La journée de Jean-Paul II a commencé par la visite de la chapelle Saint-Paul-aux-Murs et du mémorial de la conversion de Saint-Paul, «hors les murs», autrement dit, après avoir rencontré, samedi et dimanche les communautés chrétiennes «pauliniennes», Jean-Paul II allait à rencontre de l´Apôtre, au lieu de la conversion, c´est-à-dire de sa rencontre décisive avec le Christ, il y a près de deux mille ans.

La chapelle de Saint-Paul-aux-Murs a été rénovée pour l´occasion, il y a deux semaines, on passait encore son portail sous les échafaudages. A l´intérieur, six splendides fresques-icônes retracent l´itinéraire spirituel de l´Apôtre, de sa rencontre fulgurante avec le Christ jusqu´à son naufrage sur la côte maltaise et le miracle de la morsure du serpent. C´est, traditionnellement, lieu de la «fuite de Paul», lorsque, racontent les Actes des Apôtres, ses disciples le firent descendre dans un panier pour le faire échapper à ses persécuteurs (Actes 9,25). Derrière, des enfants jouent au ballon, à l´ombre des arbres, dans la cour où coule une fontaine. Une personne âgée s´intéresse à leur jeu. Là en effet, l´Eglise témoigne de la charité du Christ envers les orphelins et les personnes âgées.

A quelques minutes de là, Paul VI a voulu, en souvenir de son voyage en Terre-Sainte, que l´un des trois lieux supposés de la conversion de saint Paul, son saint patron, ne soit pas laissé à l´abandon: seule une petite chapelle datant de 1925 marquait les lieux.

L´église du «mémorial saint Paul», de dimension modestes – une capacité de 150 places – date, elle, de la fin des années soixante. Elle a été inaugurée en 1971 par le cardinal Maximilien de Fürstenberg. Les vitraux représentent la mort et la résurrection du Christ, la rencontre de Paul avec la lumière du Christ ressuscité, et le baptême de Paul des mains d´Ananie. Le portail en bronze évoque le pèlerinage de Paul VI en terre sainte de janvier 1964, en particulier sa rencontre historique avec la patriarche de Constantinople Athénégoras. Elle a été confiée à la Custodie de Terre-Sainte.

Derrière l´église, dans le jardin très fleuri à cette époque de l´année, le P. Romualdo Fernandez, Franciscain, accueille l´illustre pèlerin, dont la venue a attiré auparavant des visites très médiatiques, comme celle de la télévision syrienne, qui faisait une série de reportages sur les Eglises chrétiennes du pays. En contrebas – les archéologues sont habitués à ces dénivelés qui marquent l´accumulation de la poussière des siècles – se trouve la grotte «mémorial» de la chute de cheval de saint Paul.

En même temps que l´église, une maison d´accueil a été édifiée pour les prêtres, les religieux, les paroisses, les pèlerins. Elle abrite des retraites, des sessions de catéchèse et formation permanente. Le lieu de la conversion de saint Paul est devenu un lieu de ressourcement pour la communauté chrétienne.

Mais elle est aussi devenu, à l´instar de la petite chapelle, un lieu où se manifeste concrètement la charité du Christ, puisque la nouvelle structure abrite aussi un dispensaire et une école de couture pour les femmes du quartier.

«Je salue les religieux franciscains de la Custodie de Terre Sainte, qui sont chargés de gérer cette maison, et les religieuses et les laïcs qui sont présents aujourd’hui, disait le pape, en français, à son arrivée. Je suis heureux de faire mémoire avec vous de l’Apôtre Paul, dans cette maison voulue par mon prédécesseur le Pape Paul VI pour recueillir le trésor de foi, de spiritualité et d’ardeur missionnaire de l’Apôtre des Nations, qui, sur le chemin de Damas, a accepté d’accueillir la lumière du Christ».

Le pape méditait sur cet événement capital pour l´avenir de l´Eglise: » Ayant découvert la vérité tout entière, l’Apôtre Paul a d’abord vécu trois jours dans le silence et les ténèbres de la foi avant d’être baptisé, de découvrir la communauté chrétienne locale et de partir annoncer l’Évangile».

Jean-Paul II soulignait le lien entre l´événement et les activités actuelles du centre en disant: «Le centre a pour vocation de proposer la spiritualité paulinienne aux hommes et aux femmes qui veulent faire une halte dans leur vie chrétienne, pour vivre plus pleinement leur vie baptismale et leur vocation dans l’Église. L’Apôtre Paul nous rappelle que la mission prend naissance dans l’accueil de la lumière du Christ, par qui vient la révélation tout entière, dans la contemplation silencieuse et amoureuse des mystères divins et dans l’acceptation humble et confiante de la mission confiée par l’Église. Puissent les personnes qui bénéficient de l’espace spirituel procuré par cette maison marcher chaque jour sur les traces de l’Apôtre des Nations ! Avec la bénédiction apostolique».

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel