Un opuscule pour célébrer et suivre la messe, par le card. Canizares

La liturgie depuis Vatican II

La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements est en train de préparer pour les prêtres et les fidèles un opuscule qui les aide à célébrer et suivre correctement la messe, annonce le cardinal Canizares.

« Nous sommes encore en phase de préparation mais le document devrait sortir dans le courant de l’année, peut-être en été », a annoncé, mercredi 16 janvier, le cardinal il cardinale Antonio Canizares, préfet de cette congrégation, lors dune conférence à l’ambassade d’Espagne près le Saint-Siège, sur le thème : « La liturgie catholique à partir de Vatican II: continuité et évolution ».

Au cours de cette conférence, le cardinal Canizares a réaffirmé l’importance que le concile Vatican II avait donné à la liturgie, dont le renouvellement – a-t-il dit – « doit être dans le droit fil de la tradition de l’Eglise, et non une rupture ou une discontinuité », soit pleine de toutes ces « nouveautés » qui « ne sont pas respectueuses de tout ce que Pie XII a indiqué ».

A ce propos, le cardinal a cité le premier document conciliaire sur la liturgie, Sacrosanctum Concilium, rappelant que c’est par elle « surtout dans le divin sacrifice de l’Eucharistie «  que « s’exerce l’œuvre de notre rédemption ». Dieu, a-t-il souligné, veut être adoré de manière concrète et ce n’est pas à nous, êtres humains, de la changer ».

Le préfet de la congrégation pour le culte divin et les sacrements a par ailleurs dit que parler d’une « Eglise renouvelée » ne veut pas dire  procéder à « une simple réforme de structures » mais entreprendre « un changement à partir de la liturgie », celle-ci étant en effet le moyen par lequel « s’opère le salut ».

Dans cette réflexion sur la liturgie, a-t-il ajouté, il ne faut pas oublier non plus cette autre phrase du document conciliaire : «  Le Christ est toujours là auprès de son Église, surtout dans les actions liturgiques. Il est là présent dans le sacrifice de la messe, et dans la personne du ministre, « le même offrant maintenant par le ministère des prêtres, qui s’offrit alors lui-même sur la croix » et, au plus haut degré, sous les espèces eucharistiques ».

L’objectif de la liturgie est donc « le culte de Dieu et le salut des hommes », a expliqué le cardinal,  un culte  qui « n’est pas créé par nous », mais  qui est « source et sommet de l’Eglise ».

Le cardinal Canizares  a ensuite critiqué les « abus » commis sur la liturgie, qui peut souffrir par exemple de « spectacularisation », faisant par contre l’éloge des moments de silence qui, a-t-il dit, « permettent au prêtre et aux fidèles de communiquer avec Jésus-Christ » et réduisent « la prédominance de la parole » qui transforme souvent « le prêtre célébrant en protagoniste » des lieux.

En ce sens, l’attitude à suivre est celle de Jean Baptiste « qui s’éclipse pour laisser de la place au Messie », a poursuivi le préfet.

Traduction d’Océane Le Gall

Pope-crowd-blur

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!