Travail : le pape s’élève contre la logique du profit

Faire cesser le travail des mineurs sous toutes ses formes

Voeux au Corps diplomatique © Vatican Media

Voeux au Corps diplomatique © Vatican Media

Devant les membres du Corps diplomatique accrédités auprès du Saint-Siège qu’il a reçus le 8 janvier 2018 au Vatican, le pape François s’est élevé contre la logique du profit qui détruit l’alternance entre travail et repos. Il a aussi exhorté à des politiques visant à « faire cesser le travail des mineurs sous toutes ses formes ».

Dans son discours construit autour de la Déclaration des droits humains de 1948, le pape a souligné « l’importance du droit au travail » : « Il n’y a pas de paix ni de développement si l’homme est privé de la possibilité de contribuer personnellement, par son travail, à l’édification du bien commun. »

Il a dénoncé « la tendance à demander à celui qui travaille des rythmes toujours plus pressants. Les exigences du profit, dictées par la globalisation, ont conduit à une réduction progressive des temps et des jours de repos, avec comme résultat la perte d’une dimension fondamentale de la vie – celle du repos – qui permet à la personne de se refaire non seulement physiquement mais aussi spirituellement ».

Or, a-t-il fait observer, « dans l’alternance du travail et du repos, l’homme participe à la “sanctification du temps” accomplie par Dieu et il ennoblit son travail, le soustrayant aux dynamiques répétitives d’un quotidien aride qui ne connaît pas d’arrêt ».

Faire cesser le travail des mineurs sous toutes ses formes

« On ne peut penser projeter un avenir meilleur, ni souhaiter construire des sociétés plus inclusives si l’on continue à maintenir des modèles économiques orientés vers le simple profit et l’exploitation des plus faibles, tels que les enfants », a insisté le pape François.

Et d’exprimer sa « préoccupation » face à « l’augmentation du nombre d’enfants employés dans des activités de travail et du nombre des victimes des nouvelles formes d’esclavage » : « Le fléau du travail des mineurs continue de compromettre sérieusement le développement psycho-physique des enfants, les privant des joies de l’enfance, fauchant des victimes innocentes. »

« Eliminer les causes structurelles de ce fléau devrait être une priorité des gouvernements et des organisations internationales, appelés à intensifier leurs efforts pour adopter des stratégies intégrées et des politiques coordonnées visant à faire cesser le travail des mineurs sous toutes ses formes », a ajouté le pape.

Constatant « combien le travail est, en de nombreuses régions du monde, un bien rare », notamment « en raison du recours progressif à des technologies et à des machines toujours plus perfectionnées et plus précises, capables de remplacer l’homme », il a plaidé en particulier pour les jeunes.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!