Faire un don
Jacqueline Baylé, Le Saint de Toulouse @ éditions du Carmel

Jacqueline Baylé, Le Saint de Toulouse @ éditions du Carmel

Marie-Antoine de Lavaur, capucin français, pionnier de Lourdes

Un « décret » des Causes des saints

Il a rencontré Bernadette Soubirous, a été un pionnier des pèlerinages de Lourdes et un promoteur de la procession aux flambeaux: c’est le p. Marie-Antoine de Lavaur, un capucin français, qui a vécu les vertus humaines et chrétiennes de façon « héroïque » – autrement dit, « évangélique » -, comme l’atteste un décret de la Congrégation pour les causes des saints approuvé par le pape François, indique le Saint-Siège ce 24 janvier 2020.

Buste du p. Marie-Antoine de Lavaur, à Lourdes @ wikimedia commons / Thomon

Buste du p. Marie-Antoine de Lavaur, à Lourdes @ wikimedia commons / Thomon

Le pape a approuvé les décrets de ce dicastère romain concernant 3 religieux martyrs assassinés pendant la Guerre civile espagnole et 10 martyrs du Guatemala – dont 3 religieux prêtres et 7 laïcs -, ainsi que les vertus héroïques de 6 baptisés de France, d’Italie, d’Espagne, du Mexique et du Brésil: un évêque, 4 prêtres et une religieuse.

Marie-Antoine de Lavaur, au siècle François Léon Clergue (1825-1907), est né à Lavaur, dans le Tarn, et il est mort à Toulouse où il avait fondé un couvent des capucins.

C’est à Marseille, où venait de s’ouvrir le noviciat des Capucins, qu’il est entré dans cet ordre, en la fête de saint Antoine de Padoue, le 13 juin 1855 .

Il fut envoyé fonder un couvent dans le quartier de la Côte Pavée de Toulouse en 1858: il y résidera tout le reste de sa vie.

Il vint à Lourdes pour la première fois après une mission à Saint-Gaudens, avant la dernière apparition du 16 juillet 1858. Il y rencontre Bernadette Soubirous qui vient de faire sa première communion (3 juin 1858). Elle participe à sa messe et il lui donne la communion. Et il se lie d’amitié avec le curé-doyen de Lourdes, l’abbé Dominique Peyramale.

Le 18 janvier 1862, l’évêque de Tarbes reconnaît les apparitions de Lourdes, et va construire le sanctuaire.

Le p. Marie-Antoine raconte: avec le curé Peyramale, « nous prîmes ensemble des mesures pour favoriser les pèlerinages à la Grotte de Massabielle ». 

Il inaugura ces pèlerinages, à partir de 1869, d’abord de la région de Tarbes, puis du canton de Ruscle, dans le Gers, et l’année suivante, un pèlerinage à pied au départ de Montréjeau: cent cinquante kilomètres aller-retour, deux mille pèlerins.

Il prêche 97 pèlerinages : il y prend en charge les pèlerins dès leur arrivée, il prêche à la grotte, aux piscines, dans les églises, et il confesse.

A Lourdes, il favorise l’institution de la procession aux flambeaux, à partir de 1874 lors d’un pèlerinage de quatre mille hommes venus de Rodez.

Il préside aussi à l’érection du chemin de croix de Lourdes: quatorze croix de bois massif portées par six cents pèlerins.

Retiré au couvent de Toulouse, il y vit en ermite avec un de ses compagnons, le frère Rufin. Après les lois de 1901, les autres capucins de la province de Toulouse sont en effet partis en exil en Espagne.

Le père Marie-Antoine meurt au matin du 8 février 1907. Sa sépulture est située dans l’église du couvent, aujourd’hui église des carmes.

Jacqueline Baylé est l’auteur d’une biographie du père Marie-Antoine : Le Saint de Toulouse s’en est allé (Editions du Carmel, 2006). Elle a fondé, en 2005, l’Association pour la mémoire du père Marie-Antoine de Lavaur (APMA), pour promouvoir sa cause de béatification.

La reconnaissance de ses « vertus héroïques » est une étape décisive. Si un miracle était reconnu comme dû à son intercession, il pourrait être béatifié.

 

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (Bruxelles), théologie biblique (Rome), lettres classiques (Paris).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel