Faire un don
Teodorico Pedrini @ wikipedia, DP

Teodorico Pedrini @ wikipedia, DP

L’aventure musicale chinoise du p. Teodorico Pedrini, lazariste

Publication et présentation à Rome

L’aventure musicale chinoise du p. Teodorico Pedrini, lazariste du XVIIIe siècle, sera présentée à Rome le 29 novembre, annonce l’agence vaticane Fides (GV) ce lundi 26 novembre 2018.

« Je suis envoyé en Chine et je vais en Chine »: tel est l’esprit selon lequel le p. Teodorico Pedrini, lazariste italien originaire des Marches (Fermo 1671 – Pékin 1746), partit pour l’Empire céleste en 1702 sur mandat du pape et de la Congrégation de Propaganda Fide.

Les lettres les plus importantes écrites par le p. Pedrini constituent l’axe porteur de ce livre publié sous la direction de Fabio G. Galeffi et Gabriele Tarsetti, chez Quodlibet, dans la collection Orienti, dirigée par Giorgio Trentin.

Il sera présenté à San Salvatore in Lauro, par Stefania Nanni, professeur d’histoire moderne à l’Université de Rome La Sapienza, et par le p. Luigi Mezzadri, professeur d’histoire de l’Eglise à l’Université pontificale grégorienne.

Pour arriver à Pékin, toujours selon Fides, il lui fallut 10 ans, au terme une incroyable série d’imprévus et ce retard obligea à revoir la mission qui lui avait été confiée: il demeurera pendant des décennies en Chine, favorisant les contacts entre le Saint-Siège et la Cour impériale chinoise au début de la controverse sur les rites chinois.

Dès 1702, il avait été choisi par la Propaganda Fide pour se rendre en Chine avec la première légation papale conduite par le cardinal Charles Thomas Maillard de Tournon. Des vicissitudes l’empêchèrent d’atteindre la cour de Pékin avant 1711: la légation avait alors échoué.

Le p. Teodorico Pedrini devint ainsi le premier missionnaire non jésuite à s’établir à la cour chinoise, avec ses compagnons de voyage, les pères Matteo Ripa et Guglielmo Fabre-Bonjour.

Il demeura à Pékin jusqu’à sa mort, 35 ans plus tard, dans l’église résidence de Xitang, qu’il avait entre temps acquise et est encore aujourd’hui ouverte et active dans la même rue du centre de Pékin.

Entre temps, le p. Matteo Ripa était retourné en Italie en 1721 pour fonder le Collège des Chinois alors que le P. Fabre-Bonjour était mort dans la province du Yunnan trois ans après leur arrivée.

En tant que missionnaire fidèle au Saint-Siège, le p. Pedrini eut un rôle important dans le contexte de la mission catholique des débuts du XVIII° siècle, et dans l’histoire des rapports culturels entre l’Europe et la Chine.

Surtout, il fut pendant de nombreuses années le principal musicien occidental à la cour de Chine, enseignant la musique européenne aux enfants de l’Empereur et de différents mandarins, construisant et restaurant des orgues et des clavecins, outre à être le co-auteur du premier traité de musique occidentale publié en Chine en 1714.

Au cours de son séjour en Chine, le p. Teodorico Pedrini envoya en Italie et en Europe plus de 600 lettres et rapports. Le volume publié par Quodlibet a permis aux responsables de la publication de reproduire intégralement toutes les lettres conservées dans les deux archives de Rome, celles de la Congrégation de la Mission (lazaristes), au Collège léonin – 54 documents – et celui de la Maison généralice des Frères mineurs (franciscains) – 48 documents – auxquelles a été ajoutée une importante lettre du Pape Clément XI, conservée dans les Archives secrètes du Vatican.

Fabio G. Galeffi et Gabriele Tarsetti ont lancé, depuis 2005,  dans la ville natale du missionnaire, le Centre d’études Teodorico Pedrini pour favoriser les recherches sur le missionnaire et ils animent également le site Internet teodoricopedrini.it .

About Anita Bourdin

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel