Faire un don

L’Eglise est « un chef d’oeuvre du Saint Esprit »

Catéchèse en français

L’Église est « un chef d’œuvre du Saint Esprit », un « corps édifié dans la communion et dans l’amour », déclare le pape François lors de l’audience générale de ce mercredi matin, 22 octobre 2014, place Saint-Pierre.

Le pape a poursuivi sa série de catéchèses sur l’Église, « Corps du Christ dont il est la tête » : « Rien ne peut nous arracher à ce corps que le Christ aime comme une épouse. Mais nous devons correspondre à sa volonté, et partager son amour entre nous », fait-il observer dans sa synthèse en français.

Au cours de sa catéchèse en italien, il a expliqué en quoi l’Église était un chef-d’œuvre en citant le livre d’Ézéchiel (cf. Ez 37,1-14) où « Dieu montre au prophète un champ recouvert d’ossements, tous détachés les uns des autres et desséchés. C’est une scène désolante… Dieu lui demande alors d’invoquer sur eux l’Esprit. À ce moment-là, les os se mettent à bouger et commencent à se rapprocher et à se rassembler, des nerfs, puis de la chair se forment sur eux et ainsi, un corps se forme, tout entier et rempli de vie ».

« Voilà, c’est cela l’Église !… c’est un chef-d’œuvre, le chef-d’œuvre de l’Esprit, qui répand en chacun la vie nouvelle du Ressuscité et nous met les uns à côté des autres, l’un au service de l’autre pour se soutenir, faisant ainsi de nous tous un seul corps, édifié dans la communion et dans l’amour », a souligné le pape.

Il a demandé à la foule de relire chez eux ce passage du chapitre 37 d’Ézéchiel : « n’oubliez pas, et lisez ce passage, c’est très beau. C’est cela l’Église ».

A.K.

Catéchèse du pape en français

Frères et sœurs, à la suite de saint Paul on utilise souvent l’image du corps pour désigner l’Église. En effet, celle-ci est un chef d’œuvre du Saint Esprit qui met en chacun de nous la vie nouvelle du ressuscité, et nous rend proches, au service les uns des autres, tel un corps édifié dans la communion et dans l’amour.

Mais l’Église n’est pas n’importe quel corps : elle est le Corps du Christ dont il est la tête. Par le baptême, Jésus fait de nous l’un des siens, il nous unit intimement à lui, il nous accueille dans le mystère suprême de son amour pour nous, le mystère de la croix, pour nous faire renaître à une vie nouvelle. Rien ne peut nous arracher à ce corps que le Christ aime comme une épouse. Mais nous devons correspondre à sa volonté, et partager son amour entre nous.

About Francis NULL

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel