Joaquin Navarro-Valls, porte-parole et ami de Jean-Paul II, s’est éteint

« Le courage c’est la grace sous pression »

S. Jean-Paul II et Joaquin Navarro-Valls @GregBurkeRome

S. Jean-Paul II et Joaquin Navarro-Valls @GregBurkeRome

Joaquín Navarro-Valls, porte-parole de Jean-Paul II, puis de Benoît XVI, en tant que directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, de 1984 à 2006, s’est éteint discrètement ce 5 juillet 2017 à Rome, l’âge de 80 ans, après une longue maladie. Espagnol, né le 16 novembre 1936, il avait été le premier laïc et le premier non italien à occuper un tel poste. Il était actuellement président du Conseil consultatif de l’Université Campus Bio-Medico de Rome.

Une chapelle ardente a été ouverte à 16h, ce jeudi 6 juillet 2017, dans la basilique romaine Sant’Eugenio a Valle Giulia, et les obsèques auront lieu dans cette même basilique à 11h, demain, 7 juillet 2017.

Une pirouette, un trait d’humour, l’oeil brillant, un éclat de rire, une poignée de main franche. Il laisse le souvenir de son enthousiasme et d’une allégresse profonde, comme le rappelle la photo postée sur twitter par celui qui occupe aujourd’hui ce même poste au Vatican, Greg Burke.  Le souvenir d’un « aigle » qui savait voler haut et voir clair, anticiper, éviter les pièges, apaiser, avancer droit.

Ce médecin journaliste était un laïc consacré, un « numéraire », de l’Opus Dei et il vécut dans les années soixante-dix, à Rome, auprès du fondateur, S. Josemaria Escriva de Balaguer. Son exigence professionnelle reflétait cette spiritualité de la vocation des laïcs engagés dans le monde et de la sanctification dans le travail.

Son rôle fut fondamental auprès des papes et auprès de la presse accréditée au Vatican : il a modernisé les locaux et le style. Mais pas seulement.

Une fois à la retraite, il a confié, lors d’un dîner de journalistes, à Rome, que sa position de laïc avait été particulièrement utile pour sa mission : il n’appartenait pas à la « hiérarchie » ecclésiastique, ce qui lui conférait la liberté dont ce rôle avait besoin. Un soir, lors d’un voyage de Benoît XVI, comme il lisait les discours des papes avant qu’ils ne les prononcent, il remarqua qu’un mot manquait. Il demanda à être reçu par le pape, le soir même. L’entourage pontifical lui demanda si c’était important. Il répondit que c’était au pape de juger si c’était important. Il fut reçu et il dit quelque chose comme : « Saint-Père, demain les journaux ne vont pas rapporter ce que vous avez dit. Ils vont parler du mot qu’on attendait et qui n’est pas prononcé. » Le mot a été inséré dans le discours du pape. Joaquin Navarro-Valls concluait : un laïc peut faire cela. Si, dans cette circonstance, on ne me laisse pas approcher le pape, je peux donner ma démission, parce que les conditions ne sont pas réunies pour que j’accomplisse la mission qui m’est confiée. Voilà, disait-il en substance, la liberté d’un laïc à ce poste.

Il partagea avec Jean-Paul II les moments les plus dramatiques comme, en 1998, l’assassinat du commandant de la Garde suisse pontificale, de sa femme et le suicide de la jeune recrue qui venait de les abattre, mais aussi les moments les plus complices comme les chants et les repas champêtres lors des excursions en montagne, les moments de prière si profonds, les moments les plus enthousiasmants comme les premières JMJ, ou les plus historiques comme les visites au Vatican du président de l’URSS Mikhail Gorbatchev, le 1er décembre 1989, et de Fidel Castro, le 19 novembre 1996 : la salle de presse du Saint-Siège n’a peut-être jamais concentré autant de media du monde entier. Il a été de tous les voyages officiels. Il fit partie de la délégation du Saint-Siège aux grandes conférences de l’ONU : au Caire en 1994, à Copenhague en 1995, à Pékin également en 1995, et à Istanbul en 1996. Il partagea aussi les moments les plus douloureux de la maladie – l’œil du médecin savait – et de la mort de son ami le pape polonais, qui fut la nouvelle la plus difficile à vivre, et à annoncer, la gorge nouée, le 2 avril 2005.

Il fut aussi des voyages de Benoît XVI – dont la JMJ de Cologne en 2005 –  jusqu’à l’arrivée de son successeur, le p. Federico Lombardi, en juillet 2006, après la visite du pape allemand en Espagne, pour la Rencontre mondiale des familles, à Valence.

Il avait étudié la médecine à Grenade mais aussi à Barcelone, avec une spécialisation en psychiatrie et en psychologie sociale. Il eut aussi une bourse d’études pour Harvard. Il fit le journalisme à l’université de Navarre et la communication. Il collabora à différentes publications et fonda « Diagonal » à Barcelone. De 1974 à 1977 il fut correspondant de deux revues et porte-parole de l’Opus Dei où il était entré en 1959.

En 1977, il devint correspondant à Rome, pour l’Italie et le Vatican et les pays de l’Est Méditerranéen, du quotidien de Madrid ABC. C’est alors qu’il devint président de l’Association de la presse étrangère en Italie avant d’être appelé par Jean-Paul II à la direction de la Salle de presse du Saint-Siège, lors d’un dîner à la table du pape. Il fut surpris et il dit « oui ».

Lorsqu’il quitta cette charge, au bout de 22 ans, et à l’âge de 69 ans, il fut commentateur à la télévision publique italienne, la RAI, et président du Conseil consultatif de l’université Campus Bio-Medico de Rome, dépendant de l’Opus Dei. Il a présidé la Fondation Telecom Italia.

Il a été décoré par le roi Juan Carlos Ier à plusieurs reprises et il a reçu différents prix journalistiques nationaux et internationaux. Il était docteur honoris causa des universités de Valence (2005) et de Catalogne (2010).

« Joaquin Navarro. RIP. Grace under pressure », a dit ce soir un tweet de Greg Burke. Une citation d’Hemingway, allusion au courage de Navarro-Valls : « Le courage e(s)t la grâce sous pression » (Le vieil homme et la mer). Et puis la photo de saint Jean-Paul II qui rit, tient le bras et serre la main de son ami, accompagne un second tweet : « Joaquin Navarro, 1936-2017. Continue à sourire »: « Keep Smiling ». C’est ce que Jean-Paul II a dit un jour en anglais à son porte-parole. Greg Burke était là. Courage, sourire, un héritage.

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!