Faire un don
Jeunes prisonniers, Las Garzas de Pacora, Panama© Vatican Media

Jeunes prisonniers, Las Garzas de Pacora, Panama© Vatican Media

JMJ 2019 : témoignage d’un jeune détenu devant le pape

« Il n’y a pas de mots pour décrire la liberté que je ressens en ce moment »

« Je vous remercie, en tant que serviteur de notre Seigneur Jésus, de prendre le temps d’écouter un jeune homme privé de liberté comme moi. Il n’y a pas de mots pour décrire la liberté que je ressens en ce moment. »

Ce sont les paroles de Luis Oscar Martínez, 21 ans, qui a témoigné en espagnol avant une liturgie pénitentielle célébrée par le pape François ce vendredi 25 janvier 2019, à 10h30 (16h30 à Rome), au Centre pour mineurs Las Garzas de Pacora, à Panama. Le pape s’est rendu au centre de détention après avoir célébré ce matin la messe en privé à la nonciature apostolique, en présence de fidèles et de collaborateurs de l’archidiocèse de Panama.

« Ma vie a été difficile, raconte Luis Oscar : quand j’avais un an, mon père a abandonné ma mère. » Elle est restée seule avec trois enfants. Son père manquait énormément à ce jeune garçon : « il y avait un vide en moi ».

« En 2015, poursuit Luis Oscar, Dieu a touché mon cœur et j’ai pris la décision d’accepter le Christ comme mon Seigneur et mon Sauveur. »

Le crime que le jeune homme a commis peu de temps après a eu « des conséquences graves » : la perte d’une partie de la famille et l’emprisonnement.

« J’ai causé des dommages très profonds à un être cher et à moi-même, explique-t-il. Lorsque j’ai été arrêté en avril 2016, je pensais que tout était fini. » Mais en méditant un soir, Luis Oscar comprend que son « Père Dieu » est avec lui que s’il parle à présent devant le pape François « c’est par grâce et par amour de Dieu ».

Luis Oscar est « reconnaissant » à Dieu, « car il a mis ces personnes sur mon chemin pour m’aider à terminer mes études secondaires et à réaliser ce changement dans ma vie ». Il a ainsi parlé de ses projets d’avenir au pape : « J’espère donner cette joie à ma mère et être en communion avec cette partie de ma famille que j’ai perdue », conclut-il.

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel