Faire un don
Le pape recueilli en prière © Vatican Media

Le pape recueilli en prière © Vatican Media

Chili : le pape célèbre la messe avec des prêtres victimes d’abus

Pour un travail de vérité au sein de l’Eglise du pays

Le pape François doit célébrer la messe à Sainte-Marthe avec des prêtres chiliens victimes d’abus de pouvoir, d’abus de conscience et d’abus sexuels, ce 2 juin 2018 à 16h, indique un communiqué du Bureau de presse du Saint-Siège.

Le but de ces rencontres convoquées par le pape du 1er au 3 juin, précise la note, est « d’approfondir la réalité vécue par une partie des fidèles et du clergé chilien. Avec l’aide de ces cinq prêtres, le pape cherche à remédier à la rupture interne de la communauté. Ainsi l’on pourra commencer à reconstruire une relation saine entre les fidèles et leurs pasteurs, une fois que tous prendront conscience de leurs blessures ».

Dans une lettre deux jours plus tôt, le pape François appelait l’Eglise chilienne à un changement radical pour lutter contre la « culture de l’abus ». « Le cri des victimes est arrivé au ciel », écrivait-il en s’attristant : « nous n’avons pas su écouter et agir à temps ». « Jamais plus », insistait-il dans ce message qui condamne les « atrocités » commises.

Cette lettre et cette nouvelle rencontre interviennent dans le cadre du travail de vérité entrepris avec l’enquête de l’envoyé spécial du pape, Mgr Charles J. Scicluna, président du Collège spécial d’appel dans les cas d’abus sexuels sur mineurs de la part de clercs – au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi – sur le cas de Mgr Juan de la Cruz Barros Madrid, évêque d’Osorno, accusé par des laïcs de son diocèse d’avoir été au courant des abus sexuels commis par son ancien mentor, le p. Fernando Karadima.

Dans un premier temps, lors de son récent voyage au Chili et au Pérou (16-21 janvier), le pape avait défendu Mgr Barros. Reconnaissant, au terme de l’enquête, « de graves erreurs dans l’évaluation et la perception de la situation, notamment en raison d’un manque d’information véridique et équilibrée », le pape a demandé pardon, a reçu trois victimes d’abus le 25 avril, et a convoqué les évêques. Ces derniers ont participé à trois journées de réflexion au Vatican, au termes desquelles ils ont remis au pape leur démission, pour signifier leur volonté de remédier au système qui a permis l’occultation des abus.

Mgr Charles Scicluna et Mgr Jordi Bertomeu doivent se rendre à nouveau au Chili ces jours-ci, en mission dans le diocèse d’Osorno.

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel