CITE DU VATICAN, Jeudi 18 novembre 2004 (ZENIT.org) – "L'amitié entre les religions et leur estime réciproque constituent une précieuse ressource de progrès et de paix", affirme Jean-Paul II.

Le pape Jean-Paul II a reçu jeudi matin les dirigeants religieux de l'Azerbaïdjan, un pays où, le pape le rappelait, il s’est rendu en 2002.

"Puisse cette visite chez le pape être un signal pour le monde", a souhaité Jean-Paul II : "Qu'elle montre que la tolérance est possible et qu'elle est une valeur de la civilisation, anticipation d’un développement civil plus large et solidaire de l'humanité".

Jean-Paul II répétait : "Personne n'a le droit de présenter la religion ou de s’en servir comme d’un instrument d'intolérance et d'agression, de violence et de mort".

Il insistait : "L'amitié entre les religions et leur estime réciproque constituent au contraire une précieuse ressource de progrès et de paix, d'autant plus lorsqu'elles jouissent du soutien des gouvernements".

C’est pourquoi le pape a encouragé "musulmans, juifs et chrétiens à lancer au nom de Dieu et de la civilisation un appel à l'humanité, afin que cessent toute violence et que l'on s'engage dans la voie de l'amour et de la justice pour tous. C'est la voie que Dieu nous aide à prendre avec patience et persévérance".

Le pape a rendu hommage à Allahurkur Pashazade, Sheikh-ul-Islam, président des Musulmans du Caucase qui, disait-il, "s'efforce avec une constante abnégation de consolider la paix dans une région où, malheureusement, de violents conflits se prolongent".

Le pape confiait en outre être lié "par l'estime et l'affection" à l’évêque orthodoxe de Bakou et de la Caspienne.

Le pape a également salué le chef de la très ancienne communauté juive caucasienne qui, "offre, disait-il, dans un milieu très majoritairement musulman, un exemple de coexistence et de coopération fraternelle".

Jean-Paul II a par ailleurs salué la mémoire du défunt président Heydar Aliev, et il a évoqué son fils Ilham, président actuel.

"J'espère de tout cœur que l'Azerbaïdjan retrouvera la paix totale avec le règlement de la question du Nagorni-Karabah. Ce différend, comme d'autres, doit être traité dans un esprit de bonne volonté, dans la recherche d’une ouverture et d’une compréhension mutuelles, dans un esprit de véritable réconciliation", a déclaré Jean-Paul II

Jean-Paul II recommandait aux responsables des religions de renforcer leur collaboration "avec la communauté catholique du pays". "Je prie, concluait le pape, pour que le Seigneur aide [les catholiques] à poursuivre leur mission évangélisatrice dans le Caucase".

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, M. Joaquin Navarro Valls, indique dans un communiqué que la communauté catholique d’Azerbaïdjan compte 300 catholiques.

Il précise que la délégation venait rendre à Jean-Paul II sa visite de 2002 et que le pape a remercié "le peuple Azeri pour la chaleur de son accueil en 2002", et "pour l’exemple de coexistence et de collaboration entre les religions qu’offre ce pays".

Au cours de l’audience, "les chefs religieux ont confirmé au pape leur engagement constant pour collaborer à la paix et pour promouvoir la coexistence pacifique entre les différentes religions", ajoute M. Navarro Valls.

L’Eglise doit s’évangéliser elle-même et donner l’Evangile au monde, par le card. Backis

CITE DU VATICAN, Jeudi 18 novembre 2004 (ZENIT.org) – L’Eglise doit s’évangéliser elle-même et donner l’Evangile au monde, a recommandé le cardinal Audrys Juozas Backis, archevêque de Vilnius, le 11 novembre, lors du congrès organisé par le Symposium des évêques d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) et par la Conférence des évêques d’Europe (CCEE) dans un conférence intitulée «Evangélisation en Europe».