"Une paix durable est un bien et un droit pour tous les hommes"

Print Friendly, PDF & Email

Angélus du 1er septembre

Share this Entry
Print Friendly, PDF & Email

CITE DU VATICAN, Mardi 3 septembre 2002 (ZENIT.org) – « Une paix durable est un bien et un droit pour tous les hommes »: c’est le titre retenu par L’Osservatore Romano en français du 3 septembre pour les paroles de Jean-Paul II à l’angélus de dimanche dernier, 1er septembre, date anniversaire de l’invasion de la Pologne par les troupes du IIIe Reich et du déclenchement de la seconde guerre mondiale.

Le pape évoquait la « tragédie » de cette guerre et ses millions de victimes.

Karol Wojtyla a lui même vécu ce jour-là l’exode, avec son père, de Cracovie, vers l’Est du pays, puis le reflux vers leur ville, lors d’une marche épuisante. Il avait dix-neuf ans.

Jean-Paul II a également donné, à l’occasion de la reprise des activités quotidiennes, après l’été, une catéchèse sur la sainteté dans le quotdien. « C’est dans la « vie de tous les jours » que Dieu nous appelle à atteindre la maturité de la vie spirituelle, qui consiste précisément à vivre de façon extraordinaire les choses ordinaires, disait le pape. En effet, la sainteté s’acquiert en suivant Jésus, non pas en s’évadant de la réalité et de ses épreuves, mais en les affrontant avec la lumière et la force de son Esprit ».

Voici la traduction de L’Osservatore Romano:

Très chers frères et sœurs!

1. Dans de nombreux pays, le mois de septembre marque la reprise des activités professionnelles et scolaires, après la pause de l’été, qui, je l’espère, aura été sereine et bénéfique pour tous. Certains ont profité de l’été pour prendre part à des réunions de prière, de formation spirituelle, de travail et de service. A présent, le moment est venu de partager les expériences faites avec les familles, les amis, les groupes, les communautés et les associations, en apportant dans la vie de chaque jour enthousiasme, sérénité et joie. C’est ainsi que l’on est « sel et lumière » de la terre, comme je le rappelais aux jeunes réunis à Toronto pour la Journée mondiale de la Jeunesse.

2. Sur le plan psychologique, le retour à la vie ordinaire n’est pas toujours facile, il peut même comporter des difficultés d’adaptation aux engagements quotidiens. C’est pourtant dans la « vie de tous les jours » que Dieu nous appelle à atteindre la maturité de la vie spirituelle, qui consiste précisément à vivre de façon extraordinaire les choses ordinaires.

En effet, la sainteté s’acquiert en suivant Jésus, non pas en s’évadant de la réalité et de ses épreuves, mais en les affrontant avec la lumière et la force de son Esprit. Tout cela trouve sa plus profonde compréhension dans le mystère de la Croix, comme le souligne à juste titre la Liturgie de ce dimanche. Jésus invite les croyants à se charger chaque jour de leur croix et de le suivre (cf. Mt 16, 24), en l’imitant jusqu’au don total de soi à Dieu et à ses frères.

Le Saint-Père s’est ensuite adressé aux visiteurs de langue française:

3. Chers pèlerins de langue française, aimez le Christ et suivez-le, même jusqu’au Calvaire, pour trouver la vrai Vie que le Père vous donnera. Je vous bénis de grand cœur.

S’adressant aux pèlerins polonais, le Pape a prononcé les paroles suivantes:

Le 1er septembre nous rappelle le début le la Seconde Guerre mondiale, et tous les événements tragiques liés à cette guerre. Nous embrassons par la pen-sée et par la prière les millions de victimes de la terreur de la guerre ainsi que tous ceux qui ont combattu de façon héroïque pour la liberté de la patrie. Que la souffrance et les tristes expériences de tous ceux qui ont survécu à la guerre puissent contribuer à l’édification d’une paix durable qui est le droit et le bien de tous les hommes.

Dieu bénisse tous! Tous ceux qui m’écoutent, ici et en terre polonaise, à Cracovie, tous.

De la peste, de la faim et de la guerre sauve-nous, ô Seigneur.

Jean-Paul II a ensuite conclu:

4. Que la Vierge Marie nous enseigne et nous aide à faire de notre existence un chant de louange humble et joyeux à Dieu, aux yeux duquel un acte d’amour vaut plus que toute entreprise glorieuse. Que Marie nous soutienne dans notre engagement quotidien afin que, comme l’exhorte aujourd’hui l’Apôtre, nous ne nous conformions pas à la mentalité du monde, mais que nous renouvelions notre esprit pour « pouvoir discerner quelle est la volonté de Dieu » (Rm 12, 2).

©L’Osservatore Romano

Share this Entry

ZENIT Staff

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel