Faire un don
Sainte-Marthe, 28 mars 2019 © Vatican News

Sainte-Marthe, 28 mars 2019 © Vatican News

Sainte-Marthe : « Soit tu es avec Jésus, soit tu es contre Jésus »

« Il est encore temps » d’ouvrir son cœur à Dieu

« Soit tu es avec Jésus, soit tu es contre Jésus », a déclaré le pape François lors de la messe qu’il a célébrée à Sainte-Marthe, ce 28 mars 2019. Dans son homélie rapportée par Vatican News, il a invité à ouvrir son cœur au Seigneur, car « il est encore temps ».

« Si souvent, nous sommes sourds et nous n’écoutons pas la voix du Seigneur. Nous écoutons les infos, les commérages du quartier : cela, nous l’écoutons toujours », a fait observer le pape en commentant la première lecture. Il a souligné la « lamentation du Seigneur » face au peuple « obstiné, qui ne veut pas écouter », qui « se bouche les oreilles », qui a « perdu le sens de la fidélité ».

Il a invité le chrétien à se demander si lui aussi n’avait pas agi de même, comme si Dieu « ne comptait pas » : « “Ai-je perdu la fidélité au Seigneur ?” – “Non, non, je vais tous les dimanches à la messe …” – “Oui, oui, mais … mon cœur est-il dur, obstiné, sourd, laisse-t-il entrer le Seigneur ou bien s’arrange-t-il avec trois ou quatre choses et puis fait-il ce qu’il veut ?”. »

« C’est une question pour chacun de nous, a insisté le pape : nous devons tous nous la poser ». Et, a-t-il averti, lorsque celui qui n’écoute pas le Seigneur et durcit son cœur, se retrouve face à « quelque chose … qui ne lui plaît pas, il abandonne le Seigneur sous quelque prétexte, il discrédite le Seigneur, le calomnie, le diffame ».

Ainsi dans l’Évangile, Jésus est accusé d’expulser les démons « par Béelzéboul, le chef des démons » : c’est « l’avant-dernière étape du refus du Seigneur », avant « l’étape sans retour, qu’est le blasphème contre l’Esprit Saint ». « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi », avertit Jésus : « “Non, non, je suis avec Jésus, mais à une certaine distance, je ne m’approche pas trop”: non, ça n’existe pas. Soit tu es avec Jésus, soit tu es contre Jésus ; soit tu es fidèle, soit tu es infidèle ; soit tu as le cœur obéissant, soit tu as perdu la fidélité. »

En conclusion, le pape a invité cependant à ne pas perdre l’espérance, car « il est encore temps » : « “Revenez à moi de tout votre cœur”, dit le Seigneur, “parce que je suis miséricordieux et compatissant : j’oublierai tout. Ce qui m’importe est que tu reviennes à moi”… Et il oublie tout le reste. C’est le temps de la miséricorde, c’est le temps de la pitié du Seigneur : ouvrons notre cœur pour qu’il vienne en nous. »

About Anne Kurian

Baccalauréat canonique de théologie. Pigiste pour divers journaux de la presse chrétienne. Journaliste à Zenit depuis octobre 2011.

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel