Faire un don
Migrants, Croatie, 2015 - Courtoisie du RJS

Migrants, Croatie, 2015 - Courtoisie du RJS

ONU: garantir les droits des enfants migrants c’est l’affaire de tous, rappelle Mgr Auza

Plus 500% d’enfants migrants non accompagnés

« Les enfants ne peuvent être laissés sans voix », mais « leurs droits fondamentaux, leurs meilleurs intérêts, leur protection et leur intégration doivent concerner tout le monde », a déclaré Mgr Auza.

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, est intervenu lors du débat de la troisième Commission sur le point 68 de l’ordre du jour, consacré à la promotion et la protection des droits de l’enfant, le 10 octobre 2017, à New York.

Voici notre traduction de la synthèse proposée en anglais par la Mission permanente du Saint-Siège.

L’intégralité de la déclaration se trouve ici en anglais.

La Convention relative aux droits de l’enfant

« Mgr Auza a déclaré que le nombre d’enfants réfugiés et migrants non accompagnés a augmenté de cinq cent pour cent au cours des cinq dernières années et que nombre d’entre eux, pour citer le pape François, sont « sans défense » en raison de leur âge, de leur statut migratoire et de l’absence de tuteurs.

La Convention relative aux droits de l’enfant, a déclaré Mgr Auza, fournit la base juridique universelle pour garantir les droits des enfants migrants, comme l’identification et l’enregistrement, les tuteurs légaux, l’éducation et les soins de santé.

Les conflits armés sont particulièrement dangereux pour les enfants, qui sont de plus en plus utilisés comme soldats, kamikazes, esclaves sexuels et collecteurs de renseignements « à usage unique », et les écoles et les hôpitaux pour enfants sont détruits en tant que stratégie de guerre.

Il a conclu que les enfants ne peuvent être laissés sans voix, mais que leurs droits fondamentaux, leurs meilleurs intérêts, leur protection et leur intégration doivent concerner tout le monde. »

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

About Hélène Ginabat

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel