Faire un don

La jalousie ouvre la porte à tout ce qui est mauvais

Homélie du 23 janvier 2014

Le pape François met en garde contre « la jalousie » et « l’envie », qui « divisent les communautés » et « ouvrent la porte à tout ce qui est mauvais ».

Lors de la messe du 23 janvier à Sainte-Marthe, le pape a commenté la première lecture du jour (1 S 18,6-9.19,1-7), où le roi Saül est rongé par « le ver de la jalousie et de l’envie », après la victoire de David contre Goliath : « cette grande victoire commence à devenir une défaite dans le cœur du roi »

La jalousie pousse à tuer

Comme pour Caïn et Abel, Saül décide de tuer David : « Voilà ce que fait la jalousie dans les cœurs, c’est une mauvaise inquiétude, qui ne tolère pas qu’un frère ou une sœur ait ‘quelque chose que je n’ai pas’ ».

« La personne jalouse, envieuse, commence à haïr son frère » puis elle « tue » : « Une personne qui est sous l’influence de l’envie et de la jalousie tue… Celui qui hait son frère est homicide » car « la jalousie pousse à tuer, l’envie pousse à tuer ».

« C’est précisément par cette porte, la porte de l’envie, que le diable est entré dans le monde. La jalousie et l’envie ouvrent les portes à tout ce qui est mauvais. »

Amertume et commérages

Il y a « deux choses très claires », dans le cœur d’une personne jalouse. La première est « l’amertume » : « La personne envieuse, la personne jalouse est une personne amère ».

« Elle ne sait pas chanter, elle ne sait pas louer, elle ne sait pas ce qu’est la joie, elle regarde toujours ‘ce qu’a l’autre et que je n’ai pas’. Et cela la porte à l’amertume, une amertume qui se diffuse dans toute la communauté. Ces personnes sont des semeurs d’amertume. »

« Le second comportement, ce sont les commérages. Parce qu’on ne tolère pas qu’un autre ait quelque chose, la solution est d’abaisser l’autre, pour être un peu au-dessus. Et l’instrument, ce sont les commérages. Cherche et tu verras toujours que derrière un commérage, il y a la jalousie et l’envie. »

Division de la communauté

Les commérages « divisent la communauté, détruisent la communauté. Ce sont les armes du démon », a mis en garde le pape : « Il y a tant de belles communautés : elles avancent bien… mais à un moment le ver de la jalousie et de l’envie est entré dans l’un de ses membres, avec la tristesse, le ressentiment des cœurs et les commérages. »

Cette jalousie « divise la communauté » : « Quand une communauté chrétienne – certains de ses membres – souffre d’envie, de jalousie, elle finit par être divisée : l’un contre l’autre. C’est un venin très fort, que l’on trouve dans les premières pages de la Bible avec Caïn ».

Le pape a invité à prier « pour les communautés chrétiennes, pour que cette graine de jalousie ne soit pas semée parmi nous, pour que l’envie ne s’installe pas dans notre cœur, au cœur de nos communautés et qu’ainsi, nous puissions aller de l’avant en louant le Seigneur, dans la joie ».

Avec Hélène Ginabat pour la traduction

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel