Faire un don

La famille est une école d’amour

ROME, Jeudi 15 janvier 2009 (ZENIT.org) – Dans une culture qui se montre opposée à la protection de la vie, où commence-t-on à encourager la valeur et la dignité de la vie ? Pour Helen Alvaré, professeur de droit à la George Mason University et consulteur au Conseil pontifical pour les laïcs, il s’agit de la famille.

L’ancienne directrice de la planification et des informations du Secrétariat pour les activités pro-vie de la Conférence épiscopale des Etats-Unis en 1999-2000 s’est exprimée lors de la VIe Rencontre mondiale des familles, à Mexico.

Dans son intervention sur le thème ‘La famille et les valeurs de la vie humaine’, Helen Alvaré s’est ainsi interrogée sur la « véritable crise de contradiction » entre les enseignements de l’Eglise relatifs à la vie et les « politiques » de « gouvernements puissants et d’organisations nationales et internationales ».

Le fossé est « alarmant » entre l’exhortation de l’Eglise à respecter le « langage du corps humain » et le don de la vie humaine et les positions prises par d’influents groupes et gouvernements sur le mariage et les enfants, a-t-elle expliqué.

Récemment, « je me suis demandée s’il n’y avait pas un message (…) pour ouvrir les yeux des gens sur toutes la panoplie de causes en faveur de la vie ». Mais outre un message, « il y a peut-être un lieu », a affirmé Helen Alvaré.

Ce lieu, c’est la famille. « La famille qui prend soin automatiquement de la sainteté de la vie humaine comme de sa dignité, qui peut jouer le rôle de médiateur et jouera le rôle de médiateur pour le respect de la vie humaine ».

« Dans la famille, a-t-elle continué, nous pratiquons l’amour pour la personne humaine dans son intégrité – son corps, son âme, ses dons ; sa promesse, ses espérances – et nous aimons les personnes dès le premier moment de leur existence et jusqu’au dernier ».

« Pour la majeure partie des gens, la famille est le lieu où l’on apprend à aimer ou à ne pas le faire », a continué Helen Alvaré. Ainsi, la famille est une « école d’amour » infatigable pour donner « des devoirs sur la matière de recevoir et de donner de l’amour ».

A ses yeux, le mariage « est le lieu où la vie nouvelle peut recevoir le plus grand accueil ». « Dans le mariage, nous trouvons l’engagement à long terme nécessaire pour élever des enfants jusqu’à l’âge adulte », a-t-elle enfin affirmé.

About Redaction

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel