Faire un don
"Rock of the Multiplication"

WIKIMEDIA COMMONS - Berthold Werner

Israël: “Le judaïsme qui brûle églises et mosquées n’est pas le nôtre”

Le directeur de l’Institut interreligieux Elie, le rabbin Alon Goshen-Gottstein, lance une collecte pour la restauration du sanctuaire de Tabgha.

“Le judaïsme qui brûle des églises et des mosquées n’est pas le nôtre”, déclare le rabbin Alon Goshen-Gottstein.

Le patriarcat latin de Jérusalem salue une “belle initiative de solidarité” : celle de l’Elijah Interfaith Institute, un collectif réunissant plusieurs représentants de diverses confessions engagés dans le dialogue interreligieux, et fondé par le Rabbin Alon Goshen-Gottstein.

C’est sous l’impulsion de ce dernier qu’une collecte a été lancée, pour recueillir des fonds pour la restauration du sanctuaire de Tabgha.

La campagne, lancée il y a quelques jours, a recueilli la signature du porte-parole du Parlement israélien, la Knesset, Yuli Edelstein.

Le promoteur de cette opération, le rabbin Alon Goshen-Gottstein déplore et condamne la recrudescence des actes de vandalisme anti-chrétiens en Terre Sainte, et il explique le sens de la collecte : “Cette campagne ne vise pas seulement à restaurer l’Eglise ; elle veut également délivrer un message au monde. Le judaïsme qui brûle des églises et des mosquées n’est pas le nôtre”, affirme-t-il: “C’est une manière d’exprimer notre soutien concret à l’amitié entre les religions”.

Le 18 juin dernier, l’Eglise de la multiplication des pains de Tabgha, sur la rive nord-ouest du Lac de Tibériade a été visée par un incendie criminel ; une bonne partie du cloître a été endommagée. Les dégâts se chiffrent en millions de shekels. Un graffiti haineux en hébreu a été découvert à proximité sur un mur.

Mercredi 29 juillet, la police israélienne a annoncé avoir arrêté deux jeunes hommes suspectés d’être à l’origine de l’incendie ; un troisième suspect aurait été inculpé le jeudi 30 juillet. Selon un communiqué de la police, cet acte criminel aurait été mû par des “motifs de haine envers le christianisme”.

Selon les informations du Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, les trois hommes feraient partie “d’un groupe à l’idéologie radicale, actif depuis 2013  et soupçonné d’autres actes antichrétiens et d’agressions contre des civils palestiniens”. Toujours selon le Shin Bet, un site Internet proche de ce groupe aurait appelé à “la lutte contre les idolâtres et la présence d’églises en Terre Sainte”.

Cet incendie a suscité une très vive émotion en Terre Sainte. Les Patriarches et chefs d’Eglises de Jérusalem ont dénoncé une profanation “inacceptable”, appelant les autorités israéliennes à agir avec diligence et sévérité contre les auteurs de tels actes, récurrents depuis quelques années. Quelques jours après l’incendie, quelque 3 000 personnes ont manifesté leur indignation devant le sanctuaire.

About Anita Bourdin

Journaliste accréditée au Vatican depuis 1995. A lancé Zenit en français en janvier 1999. Correspondante à Rome de Radio Espérance. Formation: journalisme (IJRS, Bruxelles), théologie biblique (PUG, Rome), lettres classiques (Paris IV, Sorbonne).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel