Faire un don
Alfie Evans et son père @ Facebook

Alfie Evans et son père @ Facebook

Grande-Bretagne: «Je prie pour Alfie», tweet du pape François

Le soutien du pape au bébé malade et à sa famille

Dans un tweet, le pape François exprime son soutien au petit Alfie Evans, un bébé britannique de 22 mois plongé dans un « état semi-végétatif », pour lequel la justice du pays a statué sur l’arrêt du traitement : une décision à laquelle s’opposent les parents de l’enfant.

Le pape invite à la « compassion » pour le bébé, et à prendre en compte la « profonde souffrance » des parents.

Le pape a en effet écrit sur sa page Twitter @Pontifex_fr le mercredi 4 avril 2018: « J’espère sincèrement que tout le possible sera fait pour continuer à accompagner avec compassion le petit Alfie Evans, et que la profonde souffrance de ses parents pourra être écoutée. Je prie pour Alfie, pour sa famille, et pour tous ceux qui sont concernés. »

Né le 9 mai 2016, Alfie est en réanimation à l’hôpital Alder Hey Children de Liverpool depuis décembre 2016 après une infection pulmonaire qui a provoqué des crises chroniques, explique Vatican News en anglais de ce jeudi 5 avril.

La maladie de l’enfant n’a pas été diagnostiquée avec précision, mais, selon les médecins, elle est incurable et nécessite une assistance respiratoire artificielle. Les médecins ont déclaré donc qu’il était dans le meilleur intérêt d’Alfie d’arrêter la « ventilation mécanique ».

Les parents d’Alfie, Kate James et Tom Evans, se battent pour le droit de le garder en vie disant que le bébé montre des signes d’amélioration. Ils veulent le transférer à un autre hôpital pour essayer des thérapies expérimentales. Pour y arriver, les parents ont lancé une campagne de mobilisation sur les réseaux sociaux et une collecte de fonds. Ils se sont adressés aussi au pape François pour demander son aide.

La Haute Cour anglaise a statué le 6 mars dernier que le bébé ne devrait recevoir que des soins palliatifs. La Cour suprême a confirmé cette décision et la Cour européenne des droits de l’homme a refusé d’examiner l’affaire. Les tribunaux ont également rejeté la demande des parents de transférer Alfie dans un autre hôpital.

Selon Vatican News, la presse britannique rapporte que l’hôpital pourrait arrêter l’assistance respiratoire artificielle d’Alfie d’ici vendredi.

Le cas d’Alfie fait penser à deux autres bébés anglais, Charlie Gard et Isaiah Haastrup, qui sont décédés après que leur support de vie ait été enlevé, respectivement le 28 juillet 2017 et le 7 mars 2018.

Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la Vie, s’est exprimé sur l’affaire du petit Alfie et sur la décision prise par les médecins anglais dans une interview au quotidien italien Tempi.it, le 9 mars 2018. En exprimant « toute » sa « proximité » aux parents de l’enfant, Mgr Paglia a néanmoins rappelé que « si les consultations médicales répétées ont montré qu’il n’y avait pas de traitement valable dans la situation où se trouve le petit patient, la décision prise ne visait pas à raccourcir la vie, mais à suspendre une situation d’acharnement thérapeutique ».

« Comme le dit le catéchisme de l’Église catholique, a-t-il ajouté, il s’agit d’une option avec laquelle on n’entend pas ‘procurer la mort : on accepte de ne pas pouvoir l’empêcher’ » (CCC 2278).

About Marina Droujinina

Journalisme (Moscou & Bruxelles). Théologie (Bruxelles, IET).

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel