Faire un don
Mgr de Kerimel et les jeunes de Grenoble, 17 sept. 2018 © Vatican Media

Mgr de Kerimel et les jeunes de Grenoble, 17 sept. 2018 © Vatican Media

France : le pape rencontre des jeunes de Grenoble, témoignage de Philippine

« Une heure de dialogue dans une sérénité immense »

« Une heure de dialogue dans une sérénité immense » : le pape a ainsi reçu, le 17 septembre 2018, une vingtaine de jeunes du diocèse de Grenoble-Vienne en France, avec lesquels il a échangé, dans le cadre d’une initiative diocésaine pour le Synode sur les jeunes (octobre 2018).

Philippine de la Bretesche, jeune membre du service diocésain des jeunes du diocèse, témoigne après cette rencontre.

Zenit – Quel souvenir particulier garderez-vous de cette rencontre avec le pape à huis-clos ?

Philippine de la Bretesche – Une heure de dialogue dans une sérénité immense ! Il était proche de nous, certes physiquement mais également dans ses paroles. Il a lui-même insisté sur la notion de proximité dans le témoignage de notre foi et il le mettait en pratique directement avec nous, en acceptant de nous rencontrer.

Le pape a en entamé un dialogue avec vous, « sans tabou ». Vous êtes-vous sentis rejoints en tant que jeunes ?

Je pense que nous nous sommes tous sentis rejoins oui, par la simplicité de ses réponses et en même temps par les clés concrètes qu’il nous donnait. Il répondait à chaque jeune en le regardant droit dans les yeux, comme quand on discute avec un ami.

A quelques jours de l’ouverture du Synode, qu’en attendez-vous ? Avez-vous eu l’impression que les jeunes ont vraiment été écoutés ? 

Nous pourrions attendre de ce Synode que nous soyons confortés dans l’élan que nous voulons donner à la pastorale des jeunes dans notre diocèse. Notre rencontre avec le pape confirme que les jeunes ont bien été écoutés ! Non seulement nous, mais également les 300 jeunes du monde présents lors du pré-synode en mars 2018 et les milliers qui ont été interrogés via internet, les réseaux sociaux, etc. Je pense vraiment que le pape nous a entendus et que nous avons tous, à notre niveau, été protagonistes de cet événement.

A Grenoble, qu’a apporté cette année de préparatifs avec l’évêque ?

Selon moi, notre année a apporté une cohésion diocésaine : nous sommes allés à la rencontre les uns des autres, nous nous sommes retrouvés à deux reprises et nous ferons bientôt une troisième rencontre, nous nous sommes interrogés ensemble sur des thèmes de société… Un nouvel élan a été lancé !

Propos recueillis par Zenit, Anne Kurian

About Anne Kurian

Share this Entry

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel