Combattre christianophobie, islamophobie, antisémitisme, par Mgr Mamberti

Conférence à la Santa Croce


ROME, Jeudi 10 janvier 2008 (ZENIT.org) – Respecter le droit à la liberté religieuse implique de combattre à la fois « christianophobie », « islamophobie » et « antisémitisme » : c’est l’appel lancé par le secrétaire du Saint-Siège pour les Relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, lors d’une conférence sur « La protection du droit à la liberté religieuse dans l’action actuelle du Saint-Siège », donnée ce matin, 10 janvier, à Rome, à l’université pontificale de la Sainte-Croix. L’Osservatore Romano en italien du 11 janvier en propose une synthèse.

« Le respect du droit à la liberté constitue, a rappelé le ministre des Affaires étrangères de Benoît XVI, la base du respect de tout autre droit ; lorsque la liberté religieuse est en péril, tous les autres droits vacillent ».

Mgr Mamberti a fait allusion au discours de Benoît XVI, lundi dernier, 7 janvier, devant le Corps diplomatique accrédité près le saint-Siège, rappelant que la vocation universelle du Saint-Siège implique que son action diplomatique ne se fonde pas sur des choix politiques ou économiques, mais sur la promotion de la dignité humaine.

L’archevêque français a réaffirmé le caractère « central » du « libre exercice de tous les droits humains et des libertés fondamentales ».

« La liberté religieuse, disait-il, est un droit que l’on ne peut supprimer, avec une dimension privée, publique et institutionnelle », et, pour le Saint-Siège, « la liberté religieuse n’est pas seulement un des droits humains fondamentaux, mais un droit prééminent parce que, comme Jean-Paul II le rappelait, sa défense » permet de vérifier « le respect de tous les autres droits ».

Auprès des organisations internationales, en particulier l’ONU et l’OSCE, « la défense de la liberté et de la tolérance religieuse » apparaît donc comme « fondamentale », et en premier lieu par la lutte contre toute forme de « discrimination » ou de « persécution ».

« Pour promouvoir ces choses de façon concrète, il faut combattre la christianophobie, l’islamophobie et l’antisémitisme », a affirmé Mgr Mamberti.

Par « christianophobie », Mgr Mamberti disait entendre « un ensemble de comportements qui relèvent d’un manque d’éducation ou d’une mauvaise information, de l’intolérance ou de la persécution ».

Ce sont des problèmes « importants », soulignait l’archevêque, au « niveau humain, politique et social » et qui doivent être « tous également affrontés ».

C’est sur cette base « unitaire » que se fonde, expliquait encore l’archevêque, l’activité diplomatique du Saint-Siège, pour laquelle il est « central » « d’assurer la stabilité et la certitude des activités de la communauté chrétienne ».

Le secrétaire pour les Relations avec les Etats soulignait ensuite deux aspects caractéristiques de la société d’aujourd’hui : le détachement de la religion et de la raison – la première étant reléguée dans la sphère « sentimentale » – et la séparation entre religion et sphère publique.

A propos du rapport entre liberté religieuse et liberté d’expression, Mgr Mamberti a par ailleurs souhaité un « équilibre » qui permette de garantir l’une et l’autre.

Enfin, pour ce qui concerne le dialogue entre les religions et les cultures, Mgr Mamberti affirmait, toujours selon la même source : « Il est possible seulement si l’on ne renonce pas à la vérité. Et les initiatives internationales doivent être mises en œuvre avec la conscience que les religions ont toujours des caractéristiques spécifiques et différentes ».

Anita S. Bourdin

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

FAIRE UN DON

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir ZENIT grâce à un don ponctuel

Abonnez-vous au service quotidien de ZENIT par courriel

Des informations sur le pape François et l'Eglise chaque jour par courriel

Merci de vous être abonné!